Toujours la mauvaise foi - Vichy dans la "Solution finale" - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre


La description de ce livre


La description de ce livre


Edition du 15 décembre 2009 à 16h44

Vichy dans la "Solution finale" / Laurent Joly

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Toujours le copié-collé. de Boisbouvier

Toujours la mauvaise foi de Nicolas Bernard le mardi 15 décembre 2009 à 15h04

> Soyons sérieux : il est bien vrai que pendant les quatre
> années d'occupation l'opinion a évolué sur les chances
> qu'avait l'Allemagne de gagner la guerre et que nombre de
> ceux qui pensaient en 1940 que c'était fichu ont changé
> au cours des semestres suivants.

Pas la peine de changer les termes de l'équation pour vous dépêtrer de votre aporie. On ne cause pas des "quatre années d'occupation" mais de la décision de signer l'armistice : or, à ce titre, vous ne pouvez pas, d'un côté, nous assurer qu'en capitulant le gouvernement Pétain "a sauvé la guerre", ce qui suppose par définition une action concrète résultant d'un plan de victoire particulièrement visionnaire, et de l'autre, nous professer qu'on ne peut faire grief à ce même gouvernement de ne pas avoir su que Hitler allait finalement perdre la guerre. C'est évidemment, irrémédiablement, irréductiblement contradictoire. D'où l'aporie.




> Or, malgré cela Vichy n'a pas dévié et a refusé à cinq
> reprises d'entrer dans une alliance avec Hitler, allant
> jusqu'à débarquer Laval suspect à cet égard.

Ben voyons. Il ressort des travaux d'historiens allemands (Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler, Fayard, 1968 - compte-rendu ici - et je reviendrai sur votre utilisation de ce travail) autant qu'américains (Robert Paxton, La France de Vichy, Seuil, 1973 - compte-rendu ici) ou français (Henri Michel, Pétain, Laval, Darlan. Trois politiques ?, Flammarion, 1972 - compte-rendu ici ; François Delpla, Montoire, Albin Michel, 1995, qui souligne l'importance du jeu hitlérien de manière plus approfondie que ses prédécesseurs) que Vichy a profondément souhaité collaborer avec les Allemands, notamment sur les matières militaires, et a approché Berlin à cet effet.

Cette politique vichyste ira loin, dans la mesure, notamment, où en mai 1941, alors que Darlan rencontre Hitler à Berchtesgaden pour monnayer cette collaboration armée, la Luftwaffe reçoit l'autorisation française d'utiliser des bases en Syrie pour bombarder l'Irak.

Hitler, lui, n'avait pas besoin d'un allié, mais d'un satellite exploitable à merci et compromis dans ses basses oeuvres, et c'est lui qui rejettera à chaque reprise les sollicitations vichystes (cf. Jäckel et Paxton, op. cit.), qu'il se paiera le luxe d'encourager occasionnellement au préalable pour obtenir gain de cause sur d'autres dossiers (Judenfrage, économie...) - voir à ce titre Delpla, op. cit., et Barbara Lambauer, Otto Abetz et les Français, Fayard, 2001, qui semble surestimer l'indépendance de l'ambassadeur Abetz et négliger en conséquence le rôle du véritable tireur de ficelles, en l'occurrence le Führer (en toute hypothèse, voir l'entretien accordé par Barbara Lambauer à Parutions.com).

*** / ***

lue 3339 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes