Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

LA CAPTIVITE / Yves Durand

En réponse à
-1Question de Christian Favre

Rawa-Ruska et Scapini de Laurent Laloup le jeudi 10 décembre 2009 à 09h22

Bonjour,

Il s'agit du camp de Rawa-Ruska, en Ukraine effectivement. (une page sur ce camp : )
Pour votre seconde question, je crois que le gouvernement de Pétain avait pris à son compte les missions normalement effectuées par le CICR.

Le gouvernement de Vichy avait établi deux organismes principaux chargés de veiller au sort des prisonniers
de guerre français en Allemagne. Le premier était le Service diplomatique des prisonniers de guerre (S.D.P.G.),
plus connu sous le nom de « Mission Scapini », du nom de l'ambassadeur qui le dirigeait. Installé à Paris, ce
service avait à Berlin une Délégation à l'inspection des camps, dite Délégation de Berlin. Seul service habilité
pour négocier avec le gouvernement allemand toutes les questions touchant les prisonniers de guerre, le S.D.P.G.
se vit confier les attributions de la Sous-Commission des prisonniers de guerre de la Délégation française auprès
de la Commission allemande d'armistice, dissoute dès le 31 janvier 1941.
Le second organisme créé par le gouvernement de Vichy était la Direction du service des prisonniers de
guerre (D.S.P.G.), avec sa Sous-direction, en zone occupée, à laquelle fut rattaché le Centre national
d'information sur les prisonniers de guerre (C.N.I.P.G.).



Dans ma presentation du livr de Yves Durand, j'ecrivais


"Enfin, grand fut mon étonnement, que d’apprendre que la politique de Vichy connut avec les prisonniers de guerre , un de ses plus grands échecs. En effet, Vichy refusa qu’une puissance neutre assura la protection des prisonniers comme le prévoyait la Convention de Genève. « Il sort ainsi du cadre des rapports de négociation dont il espère pouvoir tirer pour les prisonniers des avantages. « Ainsi on écarte « les possibilités d’intervention d’une puissance indépendante, sur laquelle les Allemands n’avaient pas de prise, les Etats-Unis, alors que le gouvernement francais n’était évidemment pas dans ce cas .

C’était se prêter à des rapports avec un partenaires ayant pour lui la force, qui détenait les P.G., pouvait les utiliser comme un gage, faire à leur propos du chantage. Dans ces conditions, le gouvernement de Vichy ne pourrait éviter les concessions. Il ne pourrait en outre échapper à toutes les interprétations, habiles ou grossières, de son attitude, de la part des Allemands auprès des prisonniers»

Ainsi, on verra ce gouvernement abdiquer lorsque les Allemands obligeront les sous-officiers prisonniers a travailler.
"


Cordialement
Laurent

*** / ***

lue 2863 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 pour les renseignements... de Christian Favre 10 déc. 2009 09h43

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur LA CAPTIVITE

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes