Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les Editions de Minuit / Anne SIMONIN

 

Jean Paulhan : une centrale d'infos à lui tout seul ! de René CLAUDE le dimanche 11 mai 2003 à 18h34

Bonjour - bonsoir,

Laurence Brisset dans "La NRF de Paulhan" qu'elle vient tout juste de publier chez Gallimard résume bien le rôle central de l'éminence grise de la célèbre revue :

" C'est pendant la guerre que la position stratégique de PAULHAN se révèle dans toute son évidence : son réseau unique de relations le rend incontournable. Lui seul sait où se trouvent la plupart des écrivains; il est à même de transmettre ou de recevoir messages et manuscrits. C'est ainsi qu'il devient le directeur littéraire des Editions de Minuit. Toutes les revues qui se créent, dans l'ombre ou dans une lumière trouble, lui doivent quelque chose : un manuscrit, une adresse, un conseil ou une perfidie...
Paulhan est, avec ARAGON, le grand intercesseur de la résistance littéraire, et plus exactement poétique.
Dès 1939, il avait senti ce renouveau poétique : " Jamais plus qu'aujourd'hui, la parole n'a été la poésie. Les autres (révolutionnaires tout particulièrement) terriblement fonctionnaires." Paulhan a d'abord encouragé la revue P.C.39 (note : P.C. pour "poètes casqués"), puis P.C. 40, devenue ensuite Poésie 40, 41, 42, 43, 44 et 45... Pierre SEGHERS, jeune poète encore inconnu à l'époque, dirige à Nîmes, où il est mobilisé, cette publication confidentielle dédiée à Apollinaire et à Péguy. (...) Paulhan, comme Aragon, Max Jacob, Jules Romains, Gaston Gallimard et bien d'autres, s'y est tout de suite abonné et lui a transmis, entre autres des inédits d'Appolinaire. (Note : belle preuve d'une reconnaissance sincère du talent du jeune Seghers !) Seghers va publier dans sa revue Aragon, Eluard, Ponge, Michaux mais aussi Pierre Emmanuel et Loÿs Masson.".
(p.199 - 200)

Jean Paulhan soutint aussi dès ses débuts à l'été 1941 (juillet) la revue "Confluences" que René TAVERNIER édite à Lyon, en zone Sud.
Laurence Brisset affirme que la revue de Tavernier ressemblait à la NRF de Paulhan (d'avant-guerre) par sa diversité. Elle proposait aussi des textes non-poétiques.
On mentionnera ici que Paulhan avait été forcé de laisser la direction littéraire de la Nouvelle Revue Française à l'ami-ennemi Pierre DRIEU (La Rochelle), une direction artistique que les positions de l'auteur de "Gilles" ouvertement fascistes puis nazies lui permirent d'obtenir auprès de Gaston Gallimard.
Drieu fut en fait imposé par Abetz à la tête d'une revue qui était aux yeux des nazis un contre-pouvoir intellectuel en France.

Cordialement,

René Claude

*** / ***

lue 647 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Le cas Drieu... de René CLAUDE 11 mai 2003 19h29
2 Des protections... Légende ou réalité ? de René CLAUDE 11 mai 2003 23h36

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les Editions de Minuit

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes