Ollivier a raison... - Histoire(s) de la Dernière Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Petites méthodes de 

Ollivier a raison... de françois delpla le vendredi 09 octobre 2009 à 14h38

... du moins de son point de vue.

Il nous fait une démonstration radicale d'anti-churchillianisme. Et c'est bien son antinazisme qu'il reproche à Winston. Ce qu'il dit du bombardement il le dit aussi dans le présent débat, et avec la même férocité, de la capitulation sans conditions, par exemple lorsqu'il fait un crime à Churchill de n'avoir pas cherché à soutenir la résistance allemande, ce qui aurait pu d'après lui abréger la guerre et diminuer l'étendue des gains soviétiques.

Je crois que le coeur du débat est là et qu'il est bon de le cerner (et je ne m'en laisserai pas détouner par un simple "que ferait-on sans vos recentrages" !).

En historien :

-je constate que, vu de l'extérieur, rien n'était plus difficile, pendant TOUTE la durée du Troisième Reich, que de distinguer un véritable opposant, clandestin et indépendant, d'un membre du SD déguisé en opposant ou d'un opposant sincère sous contrôle de ce même SD. J'y vasouille moi-même aujourd'hui, et encore suis-je parmi les rares à poser systématiquement la question.

-je présume que Churchill avait fini par s'en rendre compte et que ce constat explique en grande partie son refus, lorsqu'il fut au pouvoir et notamment à la fin de la guerre, de spéculer sur un renversement du nazisme par quelque Allemand que ce soit. D'où la capitulation sans condition (une idée providentiellement rooseveltienne, dont il devient un zélateur plus intransigeant, et de loin, que les Américains). D'où sans doute aussi ce qui lui revient dans la férocité des bombardements : pas de mots, des actes, et tant que vous ne les faites pas, voilà tout ce que vous méritez !

*** / ***

lue 828 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes