Des bombardements pacifiques ? - Histoire(s) de la Dernière Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à
-1bombardements de l'Allemagne : si vils ? de françois delpla

Des bombardements pacifiques ? de Francis Deleu le mercredi 07 octobre 2009 à 13h49

Bonjour,

Remontons dans le temps et profitons-en pour saluer notre ami GP qui a installé ses quartiers-généraux à Józefów, petite ville martyre, comme tant d'autres en Pologne, bombardée par la Luftwaffe en septembre 1939. Le centre de la ville fut presqu'entièrement détruit.
Il est vrai que la Pologne était l'ennemie irréductible, un chancre à éliminer dans le cadre d'un espace vital sans lequel l'Allemagne nazie ne pourrait survivre

Plus à l'Ouest ! Le 14 mai 1940, le centre historique de Rotterdam est rasé. Le port, qui aurait pu être un enjeu stratégique, est épargné. Il s'agit bien du centre historique (voir photo) soigneusement visé par la Luftwaffe. Bilan : 800 morts et 78.000 sans abris.
Les nazis menaçant de bombarder Utrecht (ville historique s'il en est) l'armée hollandaise capitulera le 15 mai 1940. Et comme il y avait encore un îlot de résistance en Zélande, la Luftwaffe bombarda Middelburg.
Un historien néerlandais écrivait : Notre rêve d'une neutralité absolue s'évanouissait.
Les Pays-Bas, pays neutre par excellence, méritaient-ils un tel sort ? Pendant la Première Guerre, le royaume fut l'un des rares pays à rester totalement hors du conflit. Et pour bien affirmer cette neutralité, un ijzerdraad (mur de fer) fut dressé tout au long de la frontière belgo-hollandaise. Ce grillage électrifié sous haute-tension, empêchait les civils belges de fuir l'occupation allemande pour trouver refuge chez leurs voisins bataves. Officiellement : par souci de neutralité pour éviter que des citoyens belges puissent rejoindre leur armée en passant par les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et ensuite le front de l'Yser. L'Allemagne nazie l'avait oublié et les bombardements de mai 1940 n'étaient sans doute rien d'autres que de plaisants exercices pour égayer Göring et ses acolytes.

Bien cordialement,
FD (Francis Deleu à ne pas confondre avec François.... pfffff...) §;-))

*** / ***

lue 1005 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes