<i>Missak</i>. Pourquoi la fiction ? - Meurtres pour mémoire - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre


La description de ce livre

Meurtres pour mémoire / Didier DAENINCKX

 

Missak. Pourquoi la fiction ? de René CLAUDE le mardi 15 septembre 2009 à 12h29

Je termine la lecture du "roman-vrai"* de Didier Daeninckx, Missak (Manouchian) publié chez Perrin (2009).
Membre responsable d'une unité des FTP-MOI, on sait qu'il fut condamné à mort et fusillé avec ses compagnons, ceux de L'affiche rouge qui a déjà suscité essais, romans, docus et films. Mais j'ai un problème: si Daeninckx est toujours un conteur remarquable, pourquoi a-t-il employé le registre de la fiction - un "roman", c'est écrit en page de titre - pour nous raconter la vie, les engagements et la mort d'une figure révolutionnaire et romantique figée dans une mémoire communiste d'où toute dimension humaine avait été évacuée dès les 50's ? Avec son sens du dialogue, son art de la description concise et nostalgique du Paris d'avant les trente glorieuses, il aurait pu éviter le roman pour une vraie bio même avec des dialogues reconstitués d'après ses sources. (témoignages oraux, Journaux, archives de la police et des RG, etc.) Là c'est un peu comme avec certains docu-fictions, le passionné d'Histoire est embêté. Qu'est-ce qui est réel et qu'est que l'écrivain a inventé pour faire progresser son récit ? Perso, ça me gêne...
Si d'autres intervenants l'ont lu ou sont en train de le faire, j'aimerais avoir leur avis sur ce procédé littéraire qui prend des libertés avec l'histoire.
Cordialement.

RC

* Ça n'est pas un roman historique mais le résultat d'une enquête historienne avec les conseils de chercheurs qui planchent depuis des années sur le PCF pendant la WW2 et sous l'occupation.

*** / ***

lue 1954 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes