Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre


Edition du 04 juillet 2009 à 00h31

La république trahie / Paul Marcus

En réponse à -2
-1Mitterrand 14 fois ministre... de françois delpla

Ou est la vérité ? de Laurent Boussaton le samedi 04 juillet 2009 à 00h18

bonjour

Il aurait été monté une cabale contre Mitterrand parce que ce dernier aurait mis fin aux actions d'un service de police parallèle de lutte anti-communiste et commandé par un ancien des RG, le commissaire Dides, et viré quelques personnes.

Ce service fut créé par le préfet de police de Paris de l'époque Jean Baylot qui fut lui aussi remplacé peu après la découverte de l'affaire. Hors Baylot comme Dides étaient viscéralement anti-communistes, c'est très important pour la suite. Paul Marcus dresse des portraits fort éloquent des deux hommes: "Curieux personnage que ce Jean Baylot, diplômé de l'école des Bois, ancien militant syndicaliste des PTT, courageux pendant les deux guerres mondiales, trouvant des vertus dans le fascisme, pourfendeur par la même du communisme, membre d'une loge maçonnique donc tolérant dans l'esprit, ce qu'il n'était visiblement pas, enfin très hermétique à l'humour ou à l'ironie..."(p136-137) "Sa carrière avançait bien, mais Dides était tenaillé par la politique, et en cette année cinquante, la république était aux prises avec les communistes et la CGT d'un coté, et les gaullistes de l'autre. Le général avait donné, avec le discours de Bayeux, le coups d'envoi d'un combat sans merci contre cette république. Cette situation semblait parfaitement convenir à Jean Dides, puisqu'il était à la fois anticommuniste, gaulliste, hostile enfin à cette république dont il était l'un des fonctionnaires et qu'il se devait de servir. Il s'inscrivit au parti du général, le Rassemblement du peuple français, et sa présence fut visible et active au sein du service d'ordre de ce parti."(p139)
Hors Dides s'est aussi entouré de drôles de zèbres tel Alfred Delarue, un ancien des brigades spéciales de sinistres mémoires. il fut condamné à 20 ans de travaux forcés pour intelligence avec l'ennemi, évadé et pourtant réintégré dans la police. Ou André Baranès dont Edgar Faure, qui avait le sens des bon mots, disait de lui qu'il était "un agent double, triple ou quadruple, si souvent retourné qu'il aurait pu aussi bien revenir à sa position initiale." Sa couverture celle de pigiste, infiltré au parti communiste et au journal Libération. Hors Baranès était aussi en rapport avec le secrétariat général permanent de la défense nationale par l'intermédiaire d'un chef de service Roger Labrusse. Celui ci n'avait pas accès aux documents classés "secret-défense" et donc aux comptes-rendus des séances du comité de défense nationale. Se fut le propre chef de cabinet Jean-Louis Turpin du secrétaire général permanent de la défense nationale Jean Mons qui les lui procura, malgré des mesures de sécurité dites inviolables. Baranès en possession des documents les falsifiait puis les remettait à Dides qui les prenait pour argent comptant, comme ses supérieurs d'ailleurs. Dides se chargeait alors de les distribuer; à Christian Fouchet qui prévint immédiatement Mendès. Il se fit pincer en sortant de chez Fouchet par la DST en charge de l'enquête...
Voila pour les faits.
Maintenant que peut on reprocher à Mitterrand, il le dit lui même lors du débat au conseil de la république du 18 novembre 1954. Il a décidé seul et sur son ordre personnel donné au directeur de la sûreté nationale qui la répercuté à la DST, l'arrestation de Dides et ainsi pouvoir mettre fin aux fuites et ça a été efficace...Ensuite se fut le jeu politique classique qui cherche à déstabiliser ses adversaires en laissant filtrer des rumeurs fausses la plupart du temps, par exemple. Pour Paul Marcus c'était Mendès France qui était visé, pour Christophe Barbier c'était Mitterrand.

Ou comment une simple affaire de fuites de documents se transforma en tentative de déstabilisation politique...

cordialement

laurent

*** / ***

lue 2875 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La république trahie

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes