Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 26 juin 2009 à 11h24

Porteur de mémoires / Patrick Desbois

 

« Querelle » autour du Père Desbois, par Alix Brijatoff de Francis Deleu le vendredi 26 juin 2009 à 11h01

Bonjour,

Descendante d'une famille exterminée à Riga en 1941, Alix Brijatoff nous a communiqué le texte ci-dessous en nous autorisant à le publier. Nous l'en remercions.
Je ne suis que peu étonnée de cette controverse. D’un côté les historiens qui refusent que des non-historiens se piquent de faire des « trouvailles inédites » sur un sujet largement traité par « les universitaires » de Hilberg à Friedländer, Poliakov, A.Wivorka, etc... de l’autre, le père Desbois, l’homme de foi - directeur du service national pour les relations avec le judaïsme auprès de la conférence des évêques de France. Il est « en service commandé » : parmi ces œuvres, celle de « permettre d’enterrer dignement les juifs tués en Ukraine en 1940/1941 (par les einsatzgruppen). Réconcilier les Chrétiens et les juifs, les faire dialoguer… L’ouverture des charniers est l’une des actions qui en sont issues.

Là où la polémique enfle depuis quelques mois, c’est lorsque les « vrais historiens » s’interrogent sur ses méthodes et en particulier sur 3 points qui posent problème :
- Les « témoins », la façon dont ils sont interrogés (librement, sous la contrainte...), la nature de ces témoins (ne seraient-ils pas plutôt des anciens « acteurs » des tueries... ce qui amène au second point
- La sous-estimation, voire la dénégation du rôle des ukrainiens dans les massacres et bien sûr dans les pillages (pendant et après)
- L’antisémitisme latent et toujours vif dans tous les pays concernés, peu ou pas évoqué.
Il faut souligner que les nazis (einsatzgruppen – à peine 3 000 hommes, Waffen SS et autres unités militaires issues de la Werhmacht) ont eu non seulement des « supplétifs » dans les populations locales (ukrainiens, polonais, estoniens, lithuaniens, lettons), mais aussi des agents très actifs, voire jubilatoires !

Le père Desbois se trouve dans le collimateur des historiens qui travaillent depuis longtemps sur ce sujet. Leur colère se cristallise sur le fait « la révélation », la médiatisation, la renommée, les honneurs et reconnaissance qui est faite « au découvreur. Création et personnage médiatique, synthétisés par le groupe de mots qui qualifie ces horreurs « la Shoah par balles ». « So what » pour le péquin moyen ? Y a-t-il tromperies, mensonges, médiatisation hors de proportions ?

À cette querelle de « corporatismes » concurrents, je réponds par le récit "Tombes Lointaines", chez Robert Laffont* que je viens d’écrire, descendante d’une famille exterminée à Riga que je suis. J’ai répondu à une « mission sacrée », non un devoir de mémoire mais un « devoir de vie ». J’ai rendu la vie à mes héroïnes (Ita, Brocha, Bluma) et à tous les autres. La torah dit que l’ «on est mort quand votre nom n’est plus énoncé». Je l’ai fait par une voix littéraire que je prête à Brocha - ma grand mère. Je me suis « ressouvenu» ce que nous racontait notre mère - Bluma. J’ai suivi le souhait de Simon Doubnov, assassiné le 8 Décembre 1941 à Riga , dont le journal n’a jamais été retrouvé : « Schreibt und ferschreibt », « écrivez et consignez ». Tout en respectant l’indispensable contextualisation du récit que j’ai brossé sur la partie de droite du livre.

Je résume mon propos par cette citation du talmud: « Il ne faut pas avoir peur du bonheur. C’est seulement un bon moment à passer !». C’est le ton de ce livre que j’espère vous lirez.

Le Père Desbois redonne cette vie d’une autre façon, celle chrétienne de la révérence aux morts, c’est à dire en leur donnant une sépulture, « leur rendant leur dignité humaine ».
Personne n’est de trop pour faire savoir et surtout mieux connaître les tenants et aboutissants de ces massacres de vies, de cultures, de passés, de futurs. Pour ma modeste part, je les ai fait revivre dans leur vie quotidienne, par mon cœur, par ma bouche, par ma main, par mes larmes.
* Tombes lointaines d’ Alix Brijatoff, paru en Mai 2009 chez Robert Laffont.
Préface de J. Attali,

Le livre a rejoint notre bibliothèque virtuelle :

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 2034 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 un excellent petit livre de françois delpla 14 août 2009 18h14

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Porteur de mémoires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes