Mystère... - Le mythe de la bonne guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le mythe de la bonne guerre / Jacques R. Pauwels

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1drôle de façon... de françois delpla

Mystère... de Christian Favre le mercredi 17 juin 2009 à 14h02

Elle est où, l'instance qui fait de tels choix ?

Je crois qu'il serait bien difficile d'essayer de trouver cette instance, il s'agit d'abord plutôt d'une réaction de rejet du bolchévisme et finalement Pauwels l'a assez bien expliqué me semble-t-il. On peut se poser la question de savoir si Roosevelt et Churchill étaient au courant de la fonction de la BRI, des historiens le savent sûrement. Vous êtes cependant d'accord que l'on ne peut plus nier ce fait.
Personnellement je n'y vois aucun antiaméricanisme mais uniquement un fait de guerre, une tactique. Cependant lorsque les Américains avaient opté de financer l'Allemagne, après Versailles, on peut douter qu'ils prévoyaient la montée du nazisme, ils l'ont fait, commme ils l'on dit, par pragmatisme et même par affairisme. C'est par la suite, face au communisme, qu'ils ont poursuivi cette option mais ils n'étaient pas seuls, il s'agit bien de banquiers internationaux.

L'attitude des Américains lors du Traité de Versailles est très révélatrice, voici ce qu'en a rapporté le comte Robert Capelle. Les Belges désiraient obtenir rapidement une réparation de guerre, voici la réponse américaine:

[…] "Pourquoi ne nous soutenez-vous pas dans la mesure où vous nous avez témoigné de la sympathie pendant la guerre ? – Les Américains, me répond-il avec franchise ou naïveté, sont des idéalistes et des marchands: par idéalisme, nous nous refusons à prolonger tout espèce de ressentiment né de la guerre; par mercantilisme, nous entendons être remboursés au plus tôt des milliards que nous avons déboursés, en prêts et dépenses de guerre. Ce but ne peut être atteint que par le plein travail de nos débiteurs, les Européens, et en premier lieu les Allemands. Nous repoussons donc "à priori" tout ce qui pourrait handicaper l'industrie allemande: indemnité de guerre exagérées, privation de matières premières, maintien de listes noires, invasion du marché allemand par les produits alliés. Certains de mes compatriotes vont plus loin encore: ils voudraient que les vingt-cinq premiers milliards d'indemnité payés par l'Allemagne fussent affectés au paiement de matières premières destinées à l'industrie allemande."

Et c'est exactement ce qui s'est fait au travers de la BRI.
Maintenant comment explique-t-on aujourd'hui, dans les écoles, le financement du réarmement allemand ? Mystère également.

*** / ***

lue 1381 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes