Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 10 juin 2009 à 17h16

Alias Caracalla / Daniel Cordier

En réponse à -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Ben la critique a déjà été publiée, non ? de Jacques Ghémard

Et la critique est peu crédible de Jacques Ghémard le mercredi 10 juin 2009 à 17h13

Page 770 de Présumé Jean Moulin
" Rédigé par Bidault avec l'aval de Moulin, ce texte témoigne autant d'une défiance envers les appétits militaires du Général que d'un rejet de sa stratégie du tout-militaire-extérieur qui a échoué tout en ayant toujours eu pour visée de réduire l'AS à une force d'appoint. Au demeurant, Moulin n'a pas manqué de signifier clairement ses vues dans sa lettre à Philip du 4 juin : « Les accords d'Alger ne régleront jamais la situation en France et c'est ici même qu'il [de Gaulle] doit chercher ses appuis. »
Pour Moulin, à dater de la constitution du CFLN, de Gaulle n'est plus l'unique récipiendaire de la légitimité. Au CD-MUR du 8 juin, il présente un texte du comité de coordination de la zone nord et demande à celui de la zone sud de le cosigner 1. En réalité sorti de la plume de Moulin, ce texte, aussitôt câblé à Alger, entérine le partage du pouvoir entre de Gaulle et Giraud : « Comités de coordination zone nord et sud saluent avec joie profonde constitution Alger organe de gouvernement unique. Se félicitent des résultats qu'avez obtenus. Vous font confiance totale pour affirmer plus encore principes pour lesquels sont groupés derrière vous. Vous prient transmettre chaleureuses félicitations général Giraud Z. »
En clair, Moulin, au nom de la Résistance, reconnaît Giraud comme coprésident du CFLN sans le contester comme chef militaire. En revanche, de Gaulle se voit réclamer une défense plus intransigeante des principes au nom desquels le CNR l'a légitimé. L'avertissement est transparent. Si de Gaulle trahissait dans sa marche au pouvoir les principes pour lesquels les mouvements se sont groupés derrière lui, la Résistance ne le suivrait plus. Moulin a signifié ailleurs la même idée. Dans sa lettre du 10 juin à Pierre Kaan, secrétaire du Conseil de la résistance, il écrit: « (...) la résistance "gaulliste" doit maintenir sa position "gaulliste". Que des nécessités politiques et extérieures du moment amènent le général de Gaulle à composer et à accepter certaines formules transactionnelles, c'est son devoir d'homme d'Etat. La résistance intérieure, qui veut maintenir sa pureté et son indépendance, doit, elle, maintenir sa ligne, sous peine de faillir à tous ses engagements 3. »
Bref, il y a « "gaullistes" » et gaullistes. Purs et indépendants sont les résistants en France. Prêts à composer et à transiger pour le pouvoir sont les autres. La Résistance doit donc plus que jamais ne compter que sur elle-même, et d'autant plus à l'approche du débarquement.
"

Baynac veut nous démontrer que Moulin n'est pas gaulliste, et pour ça, je constate qu'il n'hésite pas à faire des interprétations qui me paraissent complètement irréaliste.

Moulin reconnaitrait Giraud mais serait prêt à lâcher de Gaulle. Mais pour soutenir qui ? Pour se réfugier dans son intransigeance solitaire ?

Allons, il est évident que Moulin ne classe pas les « "gaullistes" » et gaullistes suivant leurs convictions mais seulement selon la situations dans laquelle il se trouvent. Ceux qui sont en situation pour négocier négocient et ceux qui sont loins des négociations ne font que tenter de les soutenir et donc de rester ferme pour éviter le délitement qui favoriserait les négociateurs adverses.

Moulin salut Giraud, l'adversaire qui vient d'accepter un compromis, c'est normal. Il montre à de Gaulle son soutient pour rester ferme dans la négociation, c'est normal aussi.

Quand à en conclure que ceux qui ont tendance à se compromettre seraient partis à Londres et les purs et durs seraient rester en France, mais quoi, il n'aurait jamais lu un livre écrit par un Français Libre ? Ha il doit faire des découvertes en lisant les mémoires de Cordier. Ou alors il pense que Moulin ne s'était pas rendu compte de cette particularité française libre. Un benêt, Moulin ?

Mort de rire
Jacques

*** / ***

lue 2369 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Alias Caracalla

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes