Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Porteur de mémoires / Patrick Desbois

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Perplexe de G.P.

Le temps et les moyens de Francis Deleu le mardi 09 juin 2009 à 22h59

Bonsoir GP, bonsoir à tou(te)s,

Toutes tes remarques sont sous-jacentes dans le livre de Patrick Desbois. Parti sur les traces de son grand-père déporté et interné à Rawa-Ruska, Desbois découvre l'ampleur du massacre des Juifs dont seules subsistent des fosses communes le plus souvent introuvables. Et commencera alors une longue quête pour en savoir plus. Desbois se rend rapidement compte que les recherches empiriques ne suffisent pas.
A Khvatic, je comprends qu'il faut sortir de la méthode empirique. La convergence des preuves des exécutions devient une nécessité absolue et oblige à inventer une nouvelle méthode de travail. Comme le répète souvent Mme Revcolevschi, directrice de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah,"ce qui caractérise le travail, c'est la rigueur", c'est-à-dire le choix de ne pas simplement visiter les villages où vivaient les Juifs mais tous les villages d'Ukraine, s'appuyer sur les archives soviétiques, les archives allemandes de l'Est et de l'Ouest, la recherche balistique et l'enquête de terrain, les témoignages. écrit-il.
Ou encore : Peut-on, doit-on parler de "méthode de travail" lorsqu'il s'agit de recueillir, au bout de chemins boueux, les témoignages de centaines d'Ukrainiens qui, enfants, ont assisté à l'assassinat de leur voisins juifs...."

Pour ce faire, il fallait du temps mais aussi d'importants moyens financiers, une équipe de spécialistes et toute l'intendance.
Quelques-uns des spécialistes :
- Svetlana Biryulova, historienne de l'art d'origine russe, elle sera la principale interprète du Père Desbois.
Svetlana sait comme personne aborder avec douceur un grand-père ou une grand-mère, assis sur un banc ou marchant sur la route. Elle sait entrer avec délicatesse et gentillesse dans la maison d'un témoin, faire un bout de route avec une vieille Ukrainienne (...) Svetlana c'est l'avant-garde (..) Elle prépare le terrain, prend le temps qu'il faut pour instaurer une confiance ....
- Micha, anthropologue et expert en balistique.
- Andrej Umansky, jeune chercheur ukrainien vivant en Allemagne où il épluche minutieusement les archives...
... et toute une équipe de traducteurs, preneurs de son, caméramans, script (retranscription des entretiens) ...

Quant à la méchante querelle autour du livre, je me demande parfois si les détracteurs ont lu l'ouvrage. Desbois n'avait pas la prétention d'écrire un livre savant mais de livrer les résultats de ses enquêtes sur le terrain, de retracer le calvaire des victimes, de recueillir les témoignages sur les méthodes d'extermination, leur participation passive ou active aux massacres .... et bien entendu de découvrir et d'identifier les "lieux de mémoire" c'est-à-dire ces fosses où reposent les victimes.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1034 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Porteur de mémoires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes