Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Porteur de mémoires / Patrick Desbois

En réponse à -4 -3 -2
-1Un entretien de Francis Deleu

"Perplexe" de G.P. le lundi 08 juin 2009 à 23h54

Bonsoir

... Je n'ai aucune connaissance des combats au sommet, universitaires, historiens, ni de la façon dont travaillent leurs équipes sur le terrain, mais, par ma propre expérience, je suis perplexe :
Sur le terrain :
- je ne sais pas à quel nombre de victimes ils ont fixé la taille des fosses à expertiser : 100, 1 000, 5 000 ? . Les corps étaient dénudés, systématiquement brulés, ensevelis profondément (+ 1 mètre), ce qui donne pas de résultats probants au détecteur de métaux. (rien à voir avec Katyn)
- les recherches balistiques sont également complexes. A l'est, le terrain sonne sans arrêt. Chaque mètre de parcours réclame énormèment de temps pour extraire et identifier la ferraille.
- les gens ne parlent pas et encore moins à des étrangers. Bien accompagné, il faut passer des heures avec les locaux, en taquinant parfois les 100 grs pour obtenir des indices, et encore ! . Souvent, la réponse est : "je suis trop vieux, je me rappelle pas" ou "Je suis trop jeune, je ne sais pas"
- la MTO limite énormément la période de recherche
- la problématique du "terrain privé" .
ect ect .....
Tout ça pour dire que le temps manque

Dans les archives :
- Il m'a fallu deux années pour déterminer avec précision la chronologie d'un crime qui aurait été ordinaire si les participants n'avaient été français . En sachant que l'on part de zéro, on sait aussi qu'il existe toujours un témoin. Il faut donc exploiter tous les canaux qui auraient permis à ce témoin de laisser une trace écrite de ce qu'il a vu. C'est long, tres long, mais arrive le moment où une archive parle, puis deux, puis trois. Apres des heures à dérouler des microfilms, on tient enfin la preuve écrite.
Sans parler des obstacles "administratifs" pour obtenir l'ouverture de la doc ad hoc et des soucis de traduction.
Même si la doc allemande n'existe plus, il faut savoir que les Partisans avaient une administration aussi pointue que la leur : tout était observé, noté et rapporté méthodiquement.
Tout ça pour dire que le temps manque

Je suis donc tres perplexe quand au nombre de fosses ouvertes : 10 ? 100 ? 1 000? avec la qualité des recherches historiques qui vont avec : circonstances exactes, noms des victimes et des exécuteurs, chronologie ? ect ect

Voilà mon humble avis

Cordialement

*** / ***

lue 732 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Le temps et les moyens de Francis Deleu 09 juin 2009 22h59

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Porteur de mémoires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes