Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histomag 39-45 / Forum LE MONDE EN GUERRE

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Bien sûr de G.P.

C'est ce qu'a fait Obama de Jacques Ghémard le dimanche 07 juin 2009 à 21h43

"Lors des cérémonies, les politiques devraient se faire "petits", "tous petits", bien sages au fond de la classe, écoutant les Anciens pour éviter de reproduire les erreurs du passé."

Je vais essayer d'analyser le discours du présidant américain.

Il a commencé par saluer le spersonnalité présentes de façon très simple "Président Sarkozy ... Prince Charles" et tout de suite il a insisté sur la parenté de ceux qui étaient les descendants des vétérans "Merci aussi à Susan Eisenhower, dont le grand-père ..." ou vétérans eux mêmes "Bob Dole".

Et immédiatement il a commencer à minimiser son rôle "Je ne suis pas le premier président américain à venir célébrer cet anniversaire ... Et longtemps après notre temps sur cette Terre a réussi, un mot encore porter la fierté et l'admiration des hommes et des femmes qui ne se rencontrent jamais les héros qui sont assis devant nous: D-Day"

Donc pas de mystère le héros du jour et pour les siècles à venir, c'est le jour J

Et ensuite il présente sa vision globale de l'évènement. le coté inédit, les défenses formidables à enlever, le nombre d'homme en face. Et puis au début, l'échec par rapport au plan prévu mais finalement, au cours de la journée, petit à petit, l'échec hautement probable qui se transforme en réussite.

Puis vient l'aspect moral, le fait que cette guerre n'était pas comme les autres une défense d'intérêts contradictoires dont finalement on ne saurait dire lequel était plus légitime que l'autre. Non, la 2GM, c'est l'affrontement net entre le bien et le mal même si personne n'est parfait.

Et pour cette lutte il nous montre ensuite le travail de tout un peuple et de ses alliés. Tous ces efforts réunis. Et pour quoi finalement ? Pour bâtir un monde ou il fait bon vivre et dont personne n'est exclus, vainqueurs et vaincus, forment l'Europe, le monde libre.

Et là il redescend des hauteurs et s'adresse au vétérans pour dire que finalement l'histoire n'est que la somme des choix opérés par chacun de nous. Il cite quelques histoires individuelles représentatives des histoires de tous, il site modestement ensuite son grand père, son grand oncle qui est présent. Bref il permet à ceux qui écoutent, d'établir le lien personnel qui les unit à l'évènement, leur propres souvenirs, ou le souvenir de leurs pères. Chacun peut se sentir acteur !

Et il finit en élargissant le D-Day à toute l'histoire des combats pour son Amérique, pour la démocratie. Les gars du D-Day marchaient eux aussi dans les traces de leurs ancêtres.

Très fort !

Non, il ne s'est jamais mis en avant, il s'est fait petit pour grandir l'importance que chacun peut avoir.

Amicalement
Jacques

*** / ***

lue 688 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histomag 39-45

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.03 s  5 requêtes