Jean Sassi : Opérations Spéciales : 20 ans de guerres secrètes - Les Parachutistes S.A.S de la France Libre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les Parachutistes S.A.S de la France Libre / David Portier

En réponse à
-1Jean Henri Sassi de Jacques Ghémard

Jean Sassi : Opérations Spéciales : 20 ans de guerres secrètes de Laurent Laloup le mercredi 22 avril 2009 à 09h41

Bonjour,

Les mémoires de Jean Sassi, recueillies par Jean-Louis Tremblais , viennent d'être éditées par les éditions Nimrod :

"Ils furent 300, pas plus. L’élite de l’élite. En 1943, le Commandement Suprême Interallié recrute des volontaires parachutistes, britanniques, américains et français, pour la mission la plus secrète et la moins connue de la seconde guerre mondiale : l’Opération Jedburgh. Triés sur le volet, formés à toutes les techniques de la guerre non-conventionnelle, surentraînés et surmotivés, ces 300 commandos Jedburghs, précurseurs des Forces Spéciales contemporaines, sont parachutés par équipes de trois sur l’Europe occupée au cours de l’été 1944.
Parmi eux, Jean Sassi, un jeune Corse, déjà vétéran de la campagne de France et ancien des Corps Francs d’Afrique. Un engagement qui va le conduire des maquis du Vercors aux jungles du Laos, pour des missions très spéciales, contre les Allemands, puis contre les Japonais. De retour en France, ce sera la 11ème Choc, puis de nouveau l'Indochine pour y commander les Hmongs du Laos, guérilleros farouchement anti-Vietminh et pro-français. Les exploits de cette armée de l’ombre ne feront jamais l’objet d’aucun communiqué militaire. A la tête de ses partisans, il tentera en vain de sauver Dien Bien Phu, contre l’avis de l’Etat-Major et des politiciens qui se méfient de ce seigneur de la guerre, trop pur, trop dur. Après l’Indochine, ce sera l’Algérie, où l’attendent d’autres déceptions. Pendant des années, cette figure mythique des Services Spéciaux, homme d’honneur avant tout, a choisi de se taire, fidèle à la loi du secret qu’on lui avait enseigné chez les Jedburghs. Acteur des épopées les plus emblématiques de l’armée française, il a choisi de briser le silence et de raconter l’extraordinaire aventure que fut sa vie. Pour ses camarades tombés là-bas, dans le bocage normand, dans les sables du bled, dans les forêts d’Asie. Et pour les Hmongs qui poursuivent leur combat anticommuniste au Laos, oubliés de tous.



Le colonel Jean Sassi s'est éteint le 9 janvier 2009. Nous aurons eu le temps de lui relire les épreuves du livre sur lequel nous travaillions ensemble depuis plusieurs mois, mais il a préféré s'en aller avant la publication - pour laisser un témoignage sur une aventure humaine exceptionnelle, mais, fidèle à lui-même, sans en tirer aucune gloire.
La parution du livre reste fixée à avril - en librairies mi avril 2009.


"


Cordialement
Laurent

*** / ***

lue 2845 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes