Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre


Edition du 22 janvier 2009 à 19h47

Aux ordres de Vichy / Raphaël Delpard

En réponse à -16 -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Réponse et question de 

Impossible réponse de Francis Deleu le jeudi 22 janvier 2009 à 19h13

Bonsoir,

A propos de l'ouvrage de Joly.
Pour vous inciter à le consulter, j'ai risqué la "vie à trépas" de mon bon vieux scanner (et pour la mise en forme, l'usure prématurée de mes pauvres yeux) afin de reproduire l'exhaustive table des matières.
L'ouvrage de Tal Bruttmann, moins aride et couvrant un champ plus large, mériterait également votre attention.
"La quasi-totalité des Juifs ont été raflée par la police et la gendarmerie françaises !" (Francis)
Je persiste dans mon affirmation ! Examinons les grandes rafles qui ont suivi cette du Vel' d'Hiv' :

- Celle du 22 au 25 janvier 1943 à Marseille ! Ce ne sont pas moins de 12.000 policiers français qui s'en chargent : plus de 1.000 inspecteurs de la zone Sud renforcés par des collègues venus de Paris ainsi que 8.000 hommes en tenue (gendarmes, gardes mobiles, GMR).
Les rafles se poursuivront les jours suivants. Ce n'est que le 23 janvier au soir que à 5.000 militaires allemands du 10e régiment de police SS arrivent en renfort ... non pas pour procéder aux arrestations mais pour boucler le quartier du Vieux-Port et en évacuer les habitants.

- Les rafles de Bordeaux ! - Celles du 15 au 18 juillet 1942 où Maurice Papon, malgré l'accord Bousquet-Knochen excluant (à cette époque) l'arrestation de Juifs français, n'hésite pas à joindre aux quotas souhaités des Français d'origine juive.
Exemple : le convoi du 27 août compte 444 Juifs parmi lesquels 140 adultes français et 57 enfants français.
- Celles du 10 janvier 1944 sont opérées par le police française. Hervé nous communique des précisions sur la rafle du 10 janvier 1944 en Gironde
A partir de septembre 42, la coopération des forces de police françaises dans le processus de déportation se réduit considérablement et lorsqu'il s'agit de traquer les Juifs réfugiés dans l'ex-zone d'occupation italienne en 1943 après la capitulation de l'Italie, il me semble bien que ce sont les Allemands qui s'y collent sous la direction d'Aloïs Brunner raflant environ 2000 personnes.(Ollivier)
Oui et non ! Français et Allemands se livraient concurrence. Les premiers dans le cadre de la "mise au travail forcé des juifs oisifs", les seconds pour la déportation. Ainsi, les 11 et 12 octobre 1943 - en Savoie - la gendarmerie française sur instructions du CGQJ, est chargée de l'arrestation de 92 Juifs. L'opération est un échec. La gendarmerie s'en justifie dans un procès-verbal circonstancié mentionnant notamment que l'opération coïncidait avec une rafle opérée le même jour par les Allemands à Brides-les-Bains, Saint-Bon et Bozel. Les 11 arrestations opérées par l'occupant ont empêché les gendarmes de procéder à celles prévues dans ces communes.
En 43 et 44, ce sont respectivement 17 000 et 16 000 Juifs qui sont déportés vers Auschwitz et Sobibor. Je ne pense pas que la quasi-totalité ait été raflés par la police française. Comme vous me semblez bien documenté sur le sujet, peut-être pourriez-vous nous préciser ce point ? (Ollivier)
J'ignore s'il existe un décompte détaillé et précis du nombre de Juifs raflés respectivement par la police française et l'occupant allemand. A partir de 1943, les forces de police françaises ne restent pas inactives dans le processus de déportation des juifs même si c'est de manière moins directe. L'une des tâches était la traque aux réfractaires (STO) et .... la réquisition des Juifs pour le "travail forcé". Pouvaient-il ignorer que les camps de travail étaient un vivier dans lequel puisait les Allemands pour compléter les convois en partance pour les camps de la mort.
Ainsi, Serge Klarsfeld en analysant la composition des transferts depuis Marseille vers Drancy, dénombre, pour l'année 1944, 1.379 Juifs provenant des camps de l'organisation Todt à la suite de leur "mise au travail" par Vichy.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 2280 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Triste(s) illustration(s) de vos propos... de olivierH 22 janv. 2009 21h03
2 Quels sont ces uniformes ? [Déplacée] de Francis Deleu 22 janv. 2009 22h17
2 La grande rafle de Marseille de Francis Deleu 24 janv. 2009 23h19

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Aux ordres de Vichy

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes