Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre


Edition du 12 janvier 2009 à 16h20

Le Service de Renseignements / Henri Navarre

En réponse à -2
-1La chasse aux espions nazis en 41/42 de Serge Desbois

Pas de ruse nazie de Auteur anonymé le lundi 12 janvier 2009 à 14h22

Au témoignage de Navarre, on pourrait ajouter celui de Paillole : Services Spéciaux (1935-1945), Robert Laffont, 1975. Ces Témoignages sont intéressants mais ils ont leurs limites. Paillole, par exemple, refusant de croire à la trahison de l'amiral Canaris, un fait pourtant établi et totalement indiscutable.

S'agissant des fuites qui seraient autant de ruses allemandes pour intoxiquer les Français et leurs alliés, on ne peut qu'être dubitatif devant la théorie de François Delpla. Il est en effet démontré que, dès le début de la guerre, Canaris et son factotum, le colonel Oster, se précipitent dans les bras des Occidentaux pour leur livrer tous les secrets militaires allemands. Des armes nouvelles aux plans d'invasion, tout y passe. C'est tellement gros que les destinataires de ces renseignements d'une valeur inestimable les accueillent avec méfiance, redoutant une manoeuvre d'intoxication. Il faut dire que la "source" est tellement bien renseignée que le détail des plans d'invasion et les dates précises de leur mise en oeuvre sont communiqués quasiment en temps réel aux Occidentaux. Conséquence : les inévitables contre-ordres, modifications, reports et autres changements de dates, transmis aux franco-britanniques, finissent par donner l'impression à ces derniers que leurs contacts allemands cherchent à les déstabiliser en semant la confusion. Telle n'était évidemment pas l'intention de Canaris ! Un scénario assez proche se répètera au moment de l'invasion de l'URSS quand Staline, pourtant parfaitement renseigné sur les projets allemands, refusera de croire ses espions. Pas de ruse nazie derrière tout cela.

A propos d'Enigma, Anthony Cave-Brown (La Guerre secrète, Pygmalion, 1981) émet l'hypothèse que le mystère en aurait été percé grâce à l'aide du "parrain" de la machine, le général Fellgiebel, chef des transmissions de l'OKW. L'hypothèse est purement hypothétique mais néanmoins crédible quand on s'intéresse au parcours de Fellgiebel, opposant au national-socialisme et membre de la conjuration du 20 juillet 1944. Dans un livre paru en 2001 (Without Enigma : the Ultra and Fellgieble riddles), Kenneth Macksey semble explorer cette voie...

*** / ***

lue 2482 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le Service de Renseignements

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes