Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Trucks & Tanks / Collectif

 

Au sommaire du n° 6 de Francis Deleu le jeudi 01 janvier 2009 à 18h16

Panzer II ausf. L Luchs - L'oeil de lynx de la Wehrmacht
Aussi performants soient les véhicules de reconnaissance à quatre et huit roues, les autorités militaires allemandes sont bien obligées de reconnaître que leur potentiel dépend énormément des conditions climatiques et de la nature du terrain. La neige ou la boue risquent fort de ralentir voire de stopper les missions de collecte de renseignements des Panzer-Aufklärungs-Abteilungen. Pour que les Panzer-Divisionen ne perdent pas leurs « yeux » à la veille d’une bataille importante, le Waffenamt Prüf 6 lance un appel d’offres pour un blindé chenillé de reconnaissance capable de s’affranchir de tous les obstacles que la nature pourrait mettre sur son chemin.
KV-I - Le char lourd Klimenti Voroshilov, ou la mauvaise surprise de Staline
« Nous ouvrîmes le feu à 800 mètres, sans résultat. Nous nous approchâmes de plus en plus… Bientôt, nous fûmes face-à-face, à 50 mètres. Un feu fantastique fut échangé sans aucun succès côté allemand. Nos obus perforants rebondissaient tout simplement sur les chars ennemis. Ils passèrent entre nous, se dirigeant vers l’infanterie et les unités de soutien. Nous fîmes demi-tour et les poursuivîmes, réussissant à en détruire quelques-uns avec des obus spéciaux à très courte distance (30 mètres). L’artillerie de la 6. Panzer-Division s’était positionnée sur les hauteurs surplombant le champ de bataille et compensa la piètre prestation des Panzer 35(t) face aux KV soviétiques. ».
Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette rencontre entre des équipages du Panzer-Regiment 11 et des KV-1, le 24 juin 1941, sur la rivière Dubissa, fut une bien mauvaise surprise ! Avec son frère d’arme, le T-34, les deux engins soviétiques sont la preuve roulante de l’avance technologique prise par les ingénieurs russes. Une supériorité qui a été acquise de longue lutte, comme le démontre la genèse du char lourd Klimenti Vorochilov.
Dodge série WC50 - Le "bon à tout faire" de l'US Army
Aussi loin que l’on puisse remonter dans le temps, et quelles que soient les nations en guerre ou les armées, il existe une constante dans la gestion des conflits : le soldat ne peut vaincre s’il n’est pas correctement ravitaillé. Or, le ravitaillement, que ce soit en nourriture, en eau ou en munitions, nécessite des moyens de transport nombreux et fiables. Durant la Seconde Guerre mondiale, l’US Army ne fait pas exception à la règle. Et, pour que les GI’s conservent leur potentiel offensif, elle va mettre en oeuvre une impressionnante flotte de véhicules de servitude, dont le célèbre Dodge WC série 50.
15CM SFH.13/1(SF) AUF GESCHÜTZWAGEN LORRAINE-S (F) (SD.KFZ 135/1) - Faire du neuf avec du vieux
Mai 1942, en Libye, l’Afrika-Korps d’Erwin Rommel s’apprête à lancer une grande offensive contre la ligne fortifiée de Gazala. Une fois la forteresse portuaire de Tobrouk conquise, l’Allemand espère que son attaque le conduira jusqu’au verrou d’El-Alamein où il espère bien défaire les troupes alliées. Mais les grandes étendues désertiques d’Afrique du Nord et la guerre de mouvements dans laquelle l’Allemagne s’est engagée dès 1939 demandent une motorisation complète des unités, notamment de l’artillerie qui doit pouvoir accompagner les chars au plus près. Afin de mener ce qu’il appelle des « opérations spéciales », en fait des raids lointains menés par des blindés à l’intérieur des lignes ennemies, Rommel réclame à Berlin de nouveaux automoteurs d’artillerie.
Comment ça marche : Fixer la cuirasse
Lorsqu’on jette un regard sur le haut degré de technicité des chars actuels et qu’on le compare avec l’aspect primitif des premiers engins, l’on ne peut que rester admiratif devant la créativité sans cesse renouvelée dont les concepteurs ont fait preuve pour parvenir à ce résultat. Tout au long du XXe siècle, ceux-ci n’ont cessé de perfectionner leurs inventions. Construire une structure rigide, capable de résister à des tirs ennemis de plus en plus puissants, est une véritable gageure industrielle. Retraçons le parcours qui a permis de transformer les premières cuirasses rivetées de 1915 en caisses mécano-soudées modernes.
Comparatif : Tiger II ausf. B vs JS-2m Ob 1944
Le Panzerkampfwagen VI Ausf. B et le JS-2m Modèle 1944 sont à juste titre considérés comme les chars les plus puissants engagés lors de la Seconde Guerre mondiale. Leur conception profite de l’expérience acquise sur les champs bataille par les deux protagonistes, mais ce sont bien deux philosophies différentes du char lourd qui vont s’affronter pour la victoire.

*** / ***

lue 2760 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Trucks & Tanks

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes