Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histomag 39-45 / Forum LE MONDE EN GUERRE

En réponse à -2
-1La visite d'Hitler à Margival de Francis Deleu

Margival : rectification et précisions de Francis Deleu le dimanche 14 décembre 2008 à 23h35

Bonsoir,

J'écrivais à tort que Speidel ne mentionnait pas la chute d'un V1 près du Quartier général. Il en fut bien question dans son livre "We defended Normandy" publié à Londres en 1951.
Ci-dessous, l'extrait tel que le rapporte Alan Bullock, "Hitler, tome 2 - L'apogée et la chute"
(...) le 7 juin, il convoqua Rundstedt et Rommel pour une conférence à Margival, près de Soissons.
La rencontre eut lieu dans un état-major de campagne. installé en 1940 en prévision de Seelöwe. Hitler avait pris l'avion pour Metz puis traversé la France en voiture. Le général Speidel trouva Hitler épuisé par le manque de sommeil, jouant nerveusement avec ses lunettes et un assortiment de crayons de couleur qu'il tenait entre les doigts. Lui seul était assis, vautré sur une chaise. Les maréchaux restaient debout.
Le Führer était de fort mauvaise humeur. Il attribuait le débarquement allié aux erreurs de la défense. Rommel rendit compte des difficultés de la situation, encore accrues par les ordres formels de ne pas céder un pouce de terrain ; sans l'écouter, Hitler se lança dans un monologue sur les armes V qui, déclarait-il, forceraient la décision. Rommel ne put lui faire comprendre les dangers que couraient la Wehrmacht. Hitler « parlait, parlait, parlait. » des « masses de chasseurs à réaction » allaient reprendre aux Alliés la suprématie aérienne; la situation militaire en Italie et sur le front de l'Est était stabilisée, d'un jour à l'autre, la Grande. Bretagne allait s'écrouler sous les V-1 Après ces flots de paroles, Rommel fit un dernier effort pour inciter Hitler à mettre fin au conflit devant la situation désespérée où se trouvait l' Allemagne. Mais le Feldmarschall s'entendit répondre : « ne vous inquiétez pas du cours futur de la guerre. Occupez-vous de défendre votre front ».
Speidel rapporte qu'au déjeuner, Hitler fit goûter son plat de riz et de légumes avant d'y toucher. Deux S. S. en armes restèrent derrière lui pendant tout le repas et un choix de pilules et de médicaments était rangé devant lui. Hitler repartit le soir même pour Berchtesgaden sans s'être approché du front; l'un de ses V-l précipita son départ en explosant près du Quartier général.


Avec mes excuses et bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 2131 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Speidel non fiable de françois delpla 15 déc. 2008 09h10
2 A qui se fier ? de Francis Deleu 15 déc. 2008 14h43
2 A qui se fier ? Shirer ? de Francis Deleu 15 déc. 2008 18h01
3 Joachim Fest : de Laurent Laloup 15 déc. 2008 18h31
4 Peut-être une piste ? de françois delpla 15 déc. 2008 20h14
5 "Margival" de G.P. 15 déc. 2008 22h00
5 Des lendemains houleux de Francis Deleu 17 déc. 2008 17h11
5 Une conclusion intéressante de Francis Deleu 30 déc. 2008 23h31

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histomag 39-45

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes