Exception : si ! - Jusqu'au bout sur nos Messerschmitt - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Jusqu'au bout sur nos Messerschmitt / Adolph Galland

En réponse à -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Gamba di Ferro de d.zambon

Exception : si ! de Grozibou le mercredi 16 avril 2008 à 10h51

<< Bader n'est pas une exception. >>
Je crois bien que si, même s'il peut y avoir plusieurs exceptions à une règle. Après son terrible acident (en 1935 je crois), il avait été amputé d'une jambe plus bas que le genou (ça allait encore à la rigueur), de l'autre plus haut que le genou. Il y a vait QUELQUES aviateurs amputés d'une jambe dans le monde (pas des milliers), mais amputés des deux... De plus, Bader a tenu absolument à redevenir pilote de chasse, ce qui est tout de même "un cran" au-dessus car il fallait exécuter des manoeuvres violentes et ultra-rapides, y compris avec les pieds (sur le palonnier), sous peine d'être tué. Il y a p-ê un autre cas, analogue, de pilote de chasse de la RAF : il faudrait que j'exhume son livre "Pattes folles" (hélas, traduit en français...). La ténacité inouïe et l'héroïsme de Bader, et aussi des autres, sont dignes de la plus grande admiration, mais Bader a hélas manqué de clairvoyance avec ses théories pendant la Bat. d'Angleterre, et Rudel n'a jamais condamné le nazisme... Dommage!
Quand Galland a fait visiter son terrain à Bader en août 1941, l'un des participants était le colonel allemand Huth, pilote amputé d'une jambe après une blessure en 14-18. Je me demande si c'est ce même Huth qui a commandé une unité de chasseurs bimoteurs Me 110? Lors de la visite de Bader, Huth tenait ses gants dans une main, ce qui a fait écrire à certains (notamment dans "Jusqu'au bout sur nos Mess.") qu'il tenait Bader en respect avec son... pistolet! C'est du Raymond Devos : à propos de la poche-pistolet, il disait : "On n'y met pas son pistolet, on y met son béret. Mais si vous êtes attaqué, vous n'allez pas sortir votre béret!"

*** / ***

lue 1537 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes