Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Himmler's Secret War / Martin Allen

En réponse à -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Le tu ne tue pas de françois delpla

Les dérives d'un historien de Nicolas Bernard le mardi 12 février 2008 à 12h23

M. Delpla écrit : "Ce que je demande avec mon "caprice", c'est qu'on en revienne à cet esprit initial de confrontation serrée, mais ouverte."

Je crains hélas qu'il ne cherche à faire oublier ses trop nombreuses dérives (liste non exhaustive) :

1) Violation de l'obligation de prudence et acceptation immédiate d'une thèse franchement suspecte (avec pour seule réserve une substitution de mobile !) : "J’ai reçu ce matin le dernier livre de Martin Allen, Himmler’s Secret War, et avant d’en causer sur le forum bibliographique quand j’en aurai pris une connaissance plus générale, je voudrais indiquer tout de suite que le scoop de la fin me semble imparable. Himmler ne s’est pas suicidé et d’ailleurs, si on relit le récit officiel de sa mort, publié dès le lendemain avec visite de la presse au cadavre, on ne peut que se demander comment la chose est passée aussi facilement" (20 juin 2005).

2) Usage de faux, par absence de la plus élementaire prudence d'abord (malgré mes nombreuses mises en garde) : "Le pifomètre ne suffit pas mais il est bien utile, il permet de chercher où il faut, de flairer les arnaques, etc. Là, il ne me met nullement en garde. Trois documents éclairants, rien en face, des mobiles tout à fait plausibles qui, personnellement, ne ternissent nullement mon image de Churchill... face à des accusations d’incompétence, non seulement contre Martin Allen, mais contre la corporation des archivistes de Kew qui laissent glisser n’importe quoi dans leurs cartons, et qui n’ont toujours pas réagi plusieurs semaines après la divulgation" (24 juin 2005 - pas de chance : une expertise conclura à la falsification une semaine plus tard).

3) ... par refus d'admettre avoir eu tort ensuite, après l'expertise établissant la falsification : "Et le document n° 2, le télégramme qui fait précisément état de l’exécution de Little H, trône toujours intact au milieu des alleged ruines. Pour l’instant ce que je constate c’est un tapage médiatique et un lynchage expéditif, qui tend à gagner l’ensemble des trois livres, riches en révélations, d’un défricheur qui n’a pas froid aux yeux. Au nom de mon principe favori, d’essayer de savoir ce qui s’est passé pendant la SGM sans argumenter à partir de la personne des auteurs et sans beaucoup me demander quel camp a besoin de quelle thèse, je suis heureux qu’on m’ait fourni l’occasion de m’interroger sur une version officielle jamais remise en cause malgré ses contradictions" (11 juillet 2005).

4) Imputation diffamatoire à l'encontre d'un témoin qui gênerait sa thèse (M. Delpla niera ensuite avoir proféré ladite diffamation !).

5) Toujours s'agissant de ce témoin, citation hors contexte de ses propos afin de le discréditer (à tort).

6) Extrapolation des données fournies par un autre témoignage, celui du capitaine Selvester, avec passage sous silence des éléments contraires à la thèse défendue, déformation du contenu de ce témoignage suite à une très opportune "erreur" de traduction, sans oublier cette autre "erreur" de traduction, là encore très opportune.

7) Interprétation délirante d'une photographie d'une capsule de cyanure identique à celle utilisée par Himmler (voir ici).

8) Déformation des arguments adverses pour mieux les discréditer.

9) Multiplication d'hypothèses totalement éloignées des faits, et dépourvues du moindre commencement de démonstration, censées pallier l'absence totale de mobile pour les Britanniques.

10) Invocation de "preuves" qui s'avèrent en réalité de pures spéculations résultant de la seule imagination de leur auteur.

Bref, et si l'on s'arrête à ces seuls cas, nous avons déjà : usage de faux, lecture hypercritique et déformation de témoignages et des arguments adverses, accusations diffamatoires, spéculations fantaisistes, absence de prudence dès qu'il s'agit d'accueillir une théorie du complot et retour au scepticisme face aux éléments qui la démentent.

J'aurais à la rigueur pu admettre son erreur intéressant l'admission immédiate des faux documents. L'erreur - même grave - est humaine. Mais le reste ne passe pas. D'où ma question : est-ce là un comportement digne d'un historien ?

*** / ***

lue 1886 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Himmler's Secret War

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes