Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

BIR-HAKEIM / Général Koenig

En réponse à -4 -3 -2
-1Libre circulation dans le désert de Jacques Ghémard

Oui et... non de Yannis Kadari le mercredi 19 mars 2003 à 11h41

Salut,

En ce qui me concerne je vois mal les troupes italo-allemandes s'engager plus avant dans le dispositif allié (composé de points d'appui et de vastes champs de mines) en laissant derrière elles des unités adverses en état de combattre même très ponctuellement.

Car dans ce cas précis quel aurait été le sort réservé aux longues et lentes colonnes de camions de l'Axe chargées d'apporter le ravitaillement d’Erwin Rommel en première ligne (si l'on peut parler de "ligne" dans la guerre du désert) et qui, d’ailleurs, géographiquement parlant ne pouvaient que passer près de BH ? Rommel a toujours manqué de véhicules pour sa logistique ; pouvait-il prendre le risque d'en perdre du fait de raids même réduits et ponctuels menés par des troupes des FFL ? En abandonnant BH et sa garnison à son triste sort l'Allemand aurait pris le risque de se voir frapper dans les reins au moment même ou l'ensemble de son dispositif mobile aurait été très avancé vers l'Est.

Par ailleurs, que savait exactement Rommel des Forces basés à BH ? Connaissait-il avec précision et dans les détails ce dont disposaient les FFL pour se battre ainsi que l’état de leurs stocks de vivres, eau, munitions ? A mon sens, ce « brouillard de guerre » est aussi très important à prendre en compte dans les décisions des unes et des autres.

Enfin, comme tous les bons chefs de guerre, Rommel a aussi, j’imagine, du envisager le repli éventuel du DAK en cas de mauvaise fortune contre les Britanniques ? Dans ce contexte, pouvait-il là aussi tolérer de laisser intact le verrou français que peut être il aurait à repasser d’urgence d’Est en Ouest, les Tommies sur ses talons ?

A mon sens, à BH, Rommel a voulu jouer la sécurité.

A+

Yannis

*** / ***

lue 836 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 On tourne autour de Etienne Lorenceau 18 sept. 2005 13h28

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur BIR-HAKEIM

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes