Et un aumônier boudhiste chez les FFL ? : - Jacques de Vendeuvre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre

Jacques de Vendeuvre / Philippe Bauduin

En réponse à -7 -6* -5 -4 -3 -2
-13 autres aumôniers FFL de Laurent Laloup

Et un "aumônier boudhiste" chez les FFL ? : de Laurent Laloup le mercredi 07 novembre 2007 à 20h45

Extrait de "A la Poursuite de l'Armée de Gaulle" de JC Levy-Leroy :


Le 15 février 1942 j'étais à Beyrouth. Muni de mon livret militaire, je me rendis dans les services compétents. Les autorités locales tatillonnes, après avoir examiné avec mépris les papiers établis par Villoquet, me firent refaire mon engagement. Au service du recrutement, je rencontrai à cette occasion, un capitaine resté sur place pour raisons financières, passé de Vichy à la France Libre, sans grande conviction. Il possédait une grande entreprise d'eau minérale et ceci expliquait cela.
Il avait gardé la mentalité "garde-mites" de l'armée des années 30. En remplissant mes papiers, il me questionna surtout sur ma religion juive. Excédé, je lui avouai avec le plus grand sérieux que je m'étais converti au Bouddhisme, il enregistra mes dires sans sourciller.
Cette plaisanterie me suivit pendant toute ma carrière militaire. Je fus le seul officier bouddhiste de la division. A ce titre je réglai les problèmes psychologiques et de justice de nos braves Cambodgiens, soldats émérites, chauffeurs et canonniers de la 102ème compagnie. C'est avec eux que je pus, plus tard, lors de la campagne de Bir-Hakeim ramener intacts au cantonnement, mon ambulance à laquelle je tenais beaucoup ainsi qu'une cinquantaine de camions condamnés à être brûlés car inaptes au terrain sableux. Grâce à ces hommes courageux, nous passâmes par une route du bord de mer, déjouant les mines ennemies, évitant ainsi les pièges du désert auxquels mon ambulance n'aurait pas résisté. Voilà pour mes Cambodgiens et mon bouddhisme de circonstance.
Furieux d'avoir rencontré un tel imbécile au recrutement, je n'en célébrais pas moins dès le soir même ma conversion au Bouddhisme. Avec quelques amis, échappés de Prusse orientale et de Russie, nous arrosâmes au Champagne dans un grand hôtel de Beyrouth, ma nouvelle religion sur laquelle je ne m'étais même pas documenté. Des officiers évadés de Russie assistaient à ce repas, notamment Guy de Pampelonne et Meffre futurs artilleurs de notre division


Cordialement
Laurent

*** / ***

lue 1983 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes