Giraud - Darlan : nouvelle formulation - Charles de Gaulle - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Charles de Gaulle / Eric ROUSSEL

En réponse à -2 -1*

Giraud - Darlan : nouvelle formulation de René CLAUDE le vendredi 14 mars 2003 à 08h33

Bonjour,

Relisant mon bref exposé concernant l'hypothèse du général Giraud comme commanditaire possible de l'exécution de l'amiral Darlan, je l'ai trouvé, hum, plutôt mal tourné. Alors voici :

Dans "Devenir de Gaulle", le journaliste, le maître-nageur, l'alpiniste, le paléontologue, l'informaticien ou plus simplement le chercheur J.-L. Barré revient sur ceux qui avaient un intérêt direct dans la liquidation de l'amiral honni. Ils étaient nombreux et le chef de la France libre le premier d'entre eux. Mais il y a un personnage qui est alors directement menacé dans le cas d'une entente, même provisoire, entre Darlan et les Alliés : c'est Giraud. Les Alliés ont "travaillé" le célèbre évadé et son entourage afin de lui faire miroiter un destin national et le général - poussé notamment par son adjoint Bergeret - a fini par s'en persuader. La pièce nouvelle Darlan que Roosevelt et Churchill pouvaient utiliser dans leurs projets ruinait ses illusions. Pour les Alliés, un Darlan même aussi compromis dans la politique de collaboration de Vichy, leur garantissait une stabilité en l'Afrique du Nord et en l'Afrique Occidentale. Giraud devrait alors se contenter d'un poste de commandement strictement militaire. L'hypothèse de la responsabilité de Giraud dans l'exécution de ce rival potentiel est digne d'intérêt, d'autant que la rapidité du jugement et de l'exécution de Bonnier de la Chapelle avaient, à l'époque déjà, soulevé plusieurs interrogations sur les raisons d'un traitement aussi expéditif chez ceux qui obéissaient à Giraud.

A suivre.

Bonne journée et
Cordialement,

René Claude

*** / ***

lue 954 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes