Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Un crime de guerre / Sylvain Joubert

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Les enjeux mémoriels de Francis Deleu

Oui, c'est récent ! de françois delpla le samedi 25 août 2007 à 16h02


"STEPH'2" pose une question très pertinente, et Francis, citant Jacques Delarue, nous donne un début de réponse. Oui, Oradour a été jusqu'ici nimbé d'un certain mystère, lié aux limites de l'analyse du nazisme en 1945 et dans les décennies suivantes. Et aussi à un défaut plus courant des historiens, surtout contemporanéistes : la frilosité à proposer des hypothèses en l'absence de traces précises (ce que les historiens de l'Antiquité ou de la Préhistoire sont bien obligés de faire pour relier leurs bouts de tessons ou d'ossements !). Le procès de Bordeaux comme celui de Barth n'ont pas permis de retrouver des ordres supérieurs à ceux de Lammerding (et encore...)... donc on tend à attribuer au massacre des raisons locales. Si on est sympathisant nazi ou vichyste on insiste sur la menace résistante, l'enlèvement de Kämpfe, etc. ; si on est patriote français on colore le comportement des brutes d'une aura allemande ou nazie qui leur donnerait, pour parler comme Bourdieu, un certain habitus sans qu'il soit besoin de supposer des ordres précis venus d'en haut, etc. etc.

Delarue, en insistant à sa manière sur le contexte, minore le caractère exorbitant du massacre par rapport aux relations courantes entre SS et maquis. Le suivi des actions de la Das Reich, dont Guy Penaud a donné récemment une synthèse très claire, montre à l'évidence qu'il se passe quelque chose de différent -même par rapport aux pendaisons de Tulle. On change d'échelle, et de motivation.

Alors, ordre spécifique de Hitler ou Himmler la veille ou l'avant-veille ? Pas nécessairement. Mais l'hypothèse doit être faite. Une autre, minimale, est suggérée par le fait que la DR reçoit le 9 l'ordre de se porter au plus tôt vers la Normandie (en cessant, donc, les actions de "nettoyage" qui lui ont été ordonnées au lendemain du débarquement) : Lammerding aurait alors reçu très tôt, peut-être dès avril (visite de Himmler), l'ordre de faire au lendemain du débarquement un exemple en massacrant exhaustivement un gros village paisible dans une région de maquis au N-O du Massif central, et il se verrait forcé de l'exécuter avant de partir, alors que jusque là ses hommes se consacraient, dans l'urgence, à des tâches militairement pertinentes contre les maquis de la région, en ne s'en prenant que marginalement ou secondairement aux populations civiles.

Une question à Nicolas : ces personnes sont tuées en tant que membres de la population française, dans le cadre d'un plan concerté, ô combien ! n'est-ce pas la définition même du crime contre l'humanité ?

Travaillant sur le meurtre de Mandel (7 juillet 44), je suis porté pour ma part (depuis quelques semaines seulement) à inscrire Oradour dans la même série -avec, entre les deux, l'assassinat de Jean Zay par la Milice (càd les Allemands, du moins au niveau de l'ordre, cela aussi ne fait guère de doute : la preuve hiérarchique ne donnera jamais la même certitude qu'un ordre noir sur blanc, mais n'est pas dépourvue pour autant de force démonstrative).

Ce qui relie les trois événements, c'est le souci allemand de s'assurer que Pétain ne retourne pas sa veste. POur cela, il faut lui faire croire qu'il peut jouer jusqu'au bout le rôle qu'il croit jouer depuis juin 40, celui d'un moindre mal. Il est intéressant de remarquer qu'il n'y a qu'un Oradour : il a donc à en craindre d'autres s'il fait mine d'avoir un mot aimable pour de Gaulle ou les Américains. Dans l'assassinat de Zay, justement, l'intervention allemande n'est pas très claire. Dans celui de Mandel elle l'est (puisqu'il était détenu en Allemagne, dont il est ramené la veille en avion) : gradation. Or Abetz avait fait savoir à Laval qu'on allait sous peu "livrer à la France" pareillement Reynaud et Blum : fureur de Laval et menace de démission, en liaison avec Pétain. Et pas d'assassinat de Reynaud ni de Blum : voilà donc ces deux marionnettes renforcées dans leur illusion de jouer un rôle "protecteur".

Ce sont là assurément, Steph, des visions nouvelles, fondées moins sur des sources récentes que sur une lecture renouvelée des anciennes.

*** / ***

lue 3560 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Tout à fait de Nicolas Bernard 26 août 2007 12h51
2 Histoire de guerre n°55 ! de steph2 28 août 2007 11h59

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Un crime de guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes