Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Rommel / Dominique Lormier

En réponse à -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1intéressant... de 13emeDBLE

Médias : de Auchinleck à Montgomery de Nicolas Bernard le mercredi 08 août 2007 à 14h12

C'est ce que je racontais dans le premier numéro de B&B, dans l'article biographique consacré au mésestimé Montgomery : ce dernier, à la différence de ses prédécesseurs (les fameux "généraux du désert" stigmatisés par Corelli Barnett), avait fort bien compris qu'en tout premier lieu, le mythe Rommel ne pouvait être combattu que par un autre mythe. Le sien.

Auchinleck - meilleur tacticien que "Monty", selon certains que je suis tenté de rejoindre - n'avait pas assimilé cette donnée essentielle. Sa fameuse instruction aux troupes britanniques consacrée à "Notre ami Rommel" ne faisait, en définitive, que constater le symptome au lieu de guérir la maladie. De fait Auchinleck, quoi qu'on dise et nonobstant son indéniable valeur militaire, a été relativement oublié par l'Histoire, au contraire de son successeur.

Certes, Montgomery n'avait pas innové. La propagande britannique (après avoir fait preuve de racisme italophobe en stigmatisant les "Macaroni" - voir à ce sujet une édifiante émission d'Histoire parallèle consacrée à ce thème, diffusée certes quinze ans auparavant) avait mis en avant les "rats du désert" face au "Renard". Mais l'opinion publique, la VIIIe armée avaient besoin d'un héros, qui devait absolument faire contre-point au conquérant allemand, un héros qui devait au contraire incarner la ténacité britannique, la ruse, la hardiesse.

D'où ce général, teigneux, intolérant, bref insupportable, mais pourtant inoubliable avec son faciès émacié, ses yeux révolver et surtout son béret. Son futur rival George Patton aura également su comprendre la force des symboles : pistolets à crosse de nacre, franc-parler...

Certes, ce n'est pas l'image qui a vaincu à El Alamein. L'armée italo-allemande était épuisée, la VIIIe armée alignant une considérable supériorité numérique dans tous les domaines. Mais il fallait une nouvelle tête pour incarner ce que Churchill appellera judicieusement "la fin du commencement".

*** / ***

lue 1526 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Rommel

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes