Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Rommel / Dominique Lormier

En réponse à -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1En effet! de d.zambon

Découpons le jambon d'Aoste... de Nicolas Bernard le dimanche 05 août 2007 à 16h51

> Comme le précisait Cédric dans un précédant post, ils
> s'étaient pourtant fort bien battus en Afrique orientale,
> alors qu'ils étaient coupés de leurs bases métropolitaines.
> Ce front est injustement oublié; la bataille y fut pourtant
> longue et difficile et, dans les cieux, les rares coucous de
> la Regia donnèrent une leçon à leurs adversaires du
> Commonwealth(voir C. Shores, "Dust clouds in the middle
> east").

Bataille longue, sans doute : le pays était vaste et mal desservi. Difficile ? J'en suis moins sûr. L'armée italienne du Duc d'Aoste était coupée de ses bases. Sur les 290.000 hommes qu'elle pouvait aligner, 200.000 d'entre eux étaient des supplétifs abyssins à la fidélité plus que douteuse. Le matériel était périmé (chars M et ), l'aviation reduced to que dalle (34 chasseurs Fiat C.R. 42), la flotte réduite à sa plus simple expression (2 torpilleurs, 7 contre-torpilleurs, 4 sous-marins, bâtiments en mauvais état), les pièces de rechange manquaient, les stocks de nourriture étaient faibles, sans parler du carburant. En face, l'armée britannique n'était pas supérieure en nombre, mais alignait davantage de chars, de véhicules et d'avions. Mais elle devait prélever du matériel et des troupes sur ces effectifs pour les expédier en Libye, face aux Germano-Italiens. Par ailleurs, le soutien escompté des tribus éthiopiennes ne sera pas facilement acquis.

La résistance italienne a été inégale. A côté d'unités faisant preuve de mordant, comme à Keren ou Addis-Derra, il y aura de nombreux décrochages. Certes, le Duc d'Aoste était mal informé par son bureau de renseignement, qui exagérait systématiquement les effectifs britanniques. Et certes, ses ordres ne seront pas toujours exécutés. Il n'empêche qu'à aucun moment ses forces n'auront été en mesure de repousser l'adversaire - sauf au cours des violents combats de Keren. Voir Pieter Lessing, "La chute de l'Empire italien d'Afrique", Historia Deuxième Guerre Mondiale, Tallandier, vol. II, p. 441-451.

*** / ***

lue 1668 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 tanks et avions de Laurent Laloup 05 août 2007 17h06
1 La guerre en A.O.I de d.zambon 06 août 2007 10h40

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Rommel

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes