Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Rommel / Dominique Lormier

En réponse à -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Coalition ? de Nicolas Bernard

oui mais je maintiens. de 13emeDBLE le dimanche 05 août 2007 à 10h00

deux remarques rapides en réponse, n'ayant pas le temps de les étayer par mes notes de recherche à ce stade (mais tout est dans le HS B&B sur le DAK disponible en kiosque) :

1) la guerre en Afrique est une guerre de deux coalitions l'une contre l'autre (et oui, à partir du moment où il y a plus d'une Nation concernée dans chaque camps). Pour oublier que ce type de guerre suppose, outre les habituelles qualités tactiques et stratégiques, un tact et un respect mutuel (surtout des règles posées en commun), les allemands (comme les anglais d'ailleurs) vont en payer le prix fort.

2) la dégradation des relations en Afrique du nord entre les italiens et les allemands est directement imputable à Rommel.

Le constat de départ : les allemands n'ont pas en grande estime les italiens est évident, mais de là à arriver aux multiples crises qui vont surgir entre Rommel et son supérieur hiérarchique, il y a un élément supplémentaire qui s'ajoute.

Et il est faux de dire que ces crises ne viennent pas de deux conceptions différentes de la Blitzkrieg (un petit rappel s'impose : Rommel désobéit aux ordres de Rome ET de Berlin, l'OKH ne pouvant être taxé d'avoir une conception surannée de la guerre blindée), mais de l'incapacité du renard du désert d'accepter d'insérer son action dans un ensemble plus vaste (l'exemple de l'articulation entre Gazala et l'assaut contre Malte est flagrant à ce titre).

Il désobéit systématiquement dès que cela est possible aux ordres donnés par les italiens (en se réfugiant derrière une lecture de mauvaise foi du point 4 de la directive n°6339 du 11/02/1941), ce qui déplaît d'ailleurs à certains de ses subordonnés (qui seront remerciés durant l'été 41).

La mission de Paulus n'est pas motivée uniquement par les échecs devant Tobrouk mais une volonté d'avoir une appréciation plus générale d'une situation confuse au regard des messages reçus de Rome et de ceux reçus du DAK (Halder décide de cette mission après avoir reçu une demande de Rommel de renforts en tout, y compris des u-boote.... et je soupçonne d'ailleurs certains subordonnés comme Streich, qui avaient leurs entrées à l'OKH, d'avoir envoyé des messages assez critiques par-dessus la tête du commandant du DAK, mais sans preuve).

Relisez les mémoires de Kesselring et vous verrez que dès son arrivée en Méditerranée, sa première tâche est de jouer le rôle de "conciliateur" entre Rommel et son supérieur hiérarchique (alors que la subordination de Rommekl à Gariboldi est pourtant inscrite dans ses lettres de mission). Une série de réunion aura donc lieu en décembre 41 pour savoir si oui ou non la retraite de Cyrénaïque est nécessaire, et Rommel tranchera la question en annonçant au début d'une nouvelle réunion (à laquelle assiste d'ailleurs Cavallero lui-même) que la retraite a déjà été ordonnée par lui (sic).

la contre-offensive de janvier 42 est là encore décidée et commencée par Rommel sans même avoir avisé son supérieur (il utilise alors des moyens particulièrement vicieux pour amener les italiens à rassembler le ravitaillement dont il a besoin sans leur dire que c'est pour une offensive).

Dire que Rommel est incapable d'inscrire son action dans un ensemble plus vaste et de soumettre ses projets à l'appréciation d'un tiers, ce n'est pas nier ses évidentes qualités tactiques, c'est juste établir un constat indiscutable et d'ailleurs explicable (recherchez quel fut le comportement de Stroesser, son "modèle" en 1917 avec les austro-hongrois, et vous retrouverez à l'identique le même type de comportement cavalier).

je n'irai pas jusqu'à dire que Rommel aurait été inéluctablement suspendu surle front de l'Est (aurait-il osé adopter un tel comportement ?), mais la mauvaise opinion générale des allemands à l'égard des italiens ne peut expliquer ces désobéissances graves (et ce même si elles aboutissent à des victoires tactiques, d'ailleurs en trompe-l'oeil).

Je motiverai mieux mon argumentation lorsque j'aurai plus de temps (je laisse le soin à David de répondre directement à la citation que vous faites de son texte).

CM

*** / ***

lue 1278 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 désolé une correction de 13emeDBLE 05 août 2007 10h11
1 "Berlin" = O.K.H.... ou Hitler ? de Nicolas Bernard 05 août 2007 13h03
2 l'erreur de casting... de 13emeDBLE 05 août 2007 21h17
3 ... mais pas médiatique de Nicolas Bernard 07 août 2007 17h07
4 intéressant... de 13emeDBLE 07 août 2007 18h16
5 Médias : de Auchinleck à Montgomery de Nicolas Bernard 08 août 2007 14h12
2 les erreurs de Rommel de 13emeDBLE 05 août 2007 21h33

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Rommel

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes