Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Rommel / Dominique Lormier

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Comme une diva. de René CLAUDE

C'est assez vrai... de 13emeDBLE le samedi 04 août 2007 à 16h44

C'est bien que les mythes soient relativisés et remis dans leur contexte.

Rommel avait en effet un coté "diva" évident. Mais pour ce qui est de la maladie, je serai moins d'accord avec ce qui est écrit (par définition je ne critiquerai pas le documentaire que je n'ai pas vu).

trois remarques :

1) la campagne d'Afrique est très éprouvante psychologiquement : l'Afrika Korps va souffrir constamment d'une épidémie de "jaunisse" (affection dont les causes somatiques sont aujourd'hui reconnues par le corps médical, de ce que j'ai pu en lire en tout cas...) ou d'affection type "dépression", particulièrement chez les officiers.

Cette épidémie connaîtra son paroxysme durant El Alamein, mais déjà en 1941, des officiers s'effondrent psychologiquement (parfois au milieu des combats...).

La tension nerveuse est extrême pour les commandants d'unités perdues au milieu du désert, face à un ennemi dont l'opulence matérielle et logistique grandit chaque jour de manière manifeste. Dès la fin 1941, la défaite finale des batailles de Sidi Rezegh découle en partie de l'effondrement psychologique de Rommel, de Crüwell et de quelques autres... qui paniquent et voient des ennemis partout (alors même que les tankistes britanniques sont incapables de combattre...)

Je ne parlerai pas ici des officiers qui refusent les ordres, qui les oublient ou les ignorent, ou encore de ceux qui se "perdent" dans les lignes ennemies malencontreusement (juste avant un assaut qu'ils savent voué à l'échec)...

Voilà pour le contexte d'une guerre qui fut loin des images d'épinal que l'on nous décrit souvent...

2) Rommel semble assez "fragile" moralement : il n'a pas subi beaucoup échecs directs dans toute sa carrière avant d'arriver en Afrique (une seule attaque sanglante des 7 et 8 novembre 1917 sur la passe de Clautana contre les italiens). Pourtant cet échec précédent le laissa dans un état de dépression important, et il fallut toute l'aide moral de son supérieur direct le Major Stroesser, commandant le bataillon des Chasseurs Wurtembourgeois, pour qu'il s'en remette (et surtout le succès de Longarone du 10 novembre où il capture 10.000 italiens avec quelques compagnies).

De même devant Tobrouk en avril 41, il connaît pour la première fois l'échec, et ce dans la pire des situations, puisque tout le monde lui demande des comptes sur ses désobéissances passées. Là encore, son moral chute brutalement, mais c'est alors Churchill, par ses exigences d'offensives mal montées et repoussées, qui lui permet de redorer son blason.

Lors de la retraite de décembre 41, le moral de Rommel est aussi très bas, mais dès le 28-30 décembre, la poursuite désordonnée de Ritchie lui donne l'occasion "d'atomiser" la 22nd armoured brigade sans réel problème (et surtout alors qu'il n'a pas encore reçu ses renforts).

Donc, le coup d'arrêt brutal d'El Alamein engendre logiquement une nouvelle baisse de son moral, sauf que là, aucune victoire, ni aucun espoir ne lui permet de "passer à autre chose". Qu'il somatise alors et que sa dépression masquée se dévoile et aggrave ses maux récurrents, cela me paraît logique. De là à nier sa maladie...

3) Enfin, le moral général de la Panzerarmee Afrika à El Alamein est très bas : c'est la première fois que les allemands vont se heurter à la puissance matérielle américaine (les britannqiues sont réarmés en masse de Grants, de Shermans, de Jeeps, de camions, de bombardiers Boston...). Les premiers "Carpet Bombing" sont mis en oeuvre là-bas.

Il n'est pas besoin d'être visionnaire pour se rendre compte que la guerre est perdue.

Qu'un officier ambitieux et opportuniste ait alors tout fait pour se décharger d'une responsabilité où il ne peut réussir, c'est malheureusement une réaction logique (et fréquemment observée de nos jours dans les état-majors des grandes entreprises, golden parachutes en sus ;-))))

Cordialement,

CM

*** / ***

lue 1347 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Sur la maladie de Rommel... de Nicolas Bernard 04 août 2007 17h51
2 oui de 13emeDBLE 04 août 2007 20h08
3 C'est sûr... de Nicolas Bernard 04 août 2007 20h45

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Rommel

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes