Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Soldats du Silence / David Schoenbrun

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Le retournement de Noguès de Jacques Ghémard

Le courage douloureux de rompre... de René CLAUDE le samedi 08 mars 2003 à 00h29

Bonsoir ou bonjour,

Ces hommes - civils et militaires - qui dès juillet 1940 oublient leur premier élan résistant et se soumettent au nouvel ordre vichyste ont tous suivi le parcours classique des serviteurs loyaux de la 3e République (Un Boisson, par exemple, est un bon républicain dont la carrière est jugée exemplaire jusqu'en septembre 1940). Ils ont appris à obéir et à se faire obéir et, lorsqu'ils transmettent les ordres de leurs supérieurs (ministres) à leurs subordonnés (grands et petits fonctionnaires ou généraux et lieutenants), reproduisent ce que l'Etat attend d'eux, un Etat qui les remercie et les flatte avec de l'avancement et des honneurs. Si quelques uns, et non des moindres, se sont un bref instant révoltés contre l'Armistice et cette collaboration dont on commençait à prononcer le mot dans les hôtels et les parcs de Vichy, ils s'arrêtèrent net car ils n'eurent pas la capacité morale et intellectuelle qu'eut de Gaulle de s'insurger contre une vie d'obéissance et contre ce qu'il faut bien nommer un confort intellectuel paralysant.
Franchir le Rubicond à l'été 40 exige une forte volonté mais aussi le courage douloureux de rompre avec ce que l'on croyait être les fondements d'une existence de serviteur de l'Etat, civil ou militaire. On se rend compte que plus le poste occupé est important, plus la crainte de perdre les acquis est angoissante et ce n'est pas un hasard si les premiers à avoir rallié Londres et de Gaulle furent, pour la plupart des lieutenants et des capitaines, l'amiral Muselier (mis à la retraite par Darlan) et le général Catroux étant à l'été 1940 de notables exceptions. Et ce constat s'applique également au personnel civil issu de la 3e République.Les ministres qui n'avaient pas accepté l'armistice et la méthode Laval n'ont pas pu, su ou voulu bouger...

Cordialement,

René Claude

*** / ***

lue 663 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Une impuissance viscérale de René CLAUDE 08 mars 2003 19h09
2 Et Mendes France de Jacques Ghémard 08 mars 2003 23h31
3 Une énigme... de René CLAUDE 08 mars 2003 23h53

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Soldats du Silence

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes