Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Blindés & Matériel / collectif

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Euh... de Jean-Robert GORCE

sous armement de la ligne Maginot de arcole le samedi 03 février 2007 à 11h47

Encore pourrait on épiloguer sur le sous armement de la Ligne Maginot. Quand les Allemands ont voulu la franchir, ils ont tranquillement amené à pied d'oeuvre des 88 à tir direct, alors que nos ouvrages avaient, au maximum des 75 (à tir direct). En restant hors de portée, ils ont pu démanteler la ligne, là où ils le voulaient. Voir l'histoire des ouvrages de la Ferté. La Ligne Maginot c'était un géant avec un petit zizi (pardon pour l'inconvenance de la comparaison). On y a englouti des régiments entiers, au chaud, au sec, bien nourris, et même bronzés aux UV, mais ces troupes en conserve n'étaient d'aucune utilité en l'absence de projet offensif, et pléthoriques dans l'utilisation défensive de la Ligne. Le rapport effectifs/puissance de feu était dérisoire, si on le compare à celui d'un cuirassé ou d'un croiseur.
Ajoutons à celà les graves lacunes en DCA, qui laissaient la Ligne sans défense face aux Stukas ou à un assaut parachutiste.
Pire, même, la conception des artilleurs en était restée aux concepts de la guerre des tranchées. On avait préféré mortiers lourds et obusiers à tir courbe, redoutables contre des troupes enterrées dans des tranchées, mais inopérants contre des unités mobiles. Tous les gros calibres de la Ligne Maginot étaient à tir courbe, impuissants contre les unités mobiles d'assaut.
Quand on munissait un ouvrage d'un 75 à tir rapide (sic) c'était le maximum. On a même souvent vu des tourelles élaborées, des ouvrages impressionnants, n'être équipés que d'un fusil mitrailleur.
La Ligne Maginot n'a été vraiment efficace que dans les Alpes, parce que le relief entravait les possibilités d'évolution des assaillants, et que les codes de tir avaient été préétablis, avant la guerre, sur les points de passage obligés. Ce fut le dernier chant du cygne de l'arillerie lourde à tir courbe.
Quant aux 75 à tir rapide, calibre maximum de nos défenses à tir tendu, ils pouvaient s'avérer aussi dangereux pour les défenseurs que pour les assaillants, en témoigne celui qui équipait le fort du Barbonnet dans les Alpes Maritimes, qui explosa en pleine bataille, tuant ses servants.

*** / ***

lue 1490 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Je suis d'accord, mais... de Jean-Robert GORCE 05 févr. 2007 08h16

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Blindés & Matériel

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes