Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Nous avons tué Darlan / Mario Faivre

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1La déposition de Bonnier de La Chapelle (1) de Francis Deleu

La déposition de Bonnier de La Chapelle (2) de Francis Deleu le samedi 30 décembre 2006 à 21h43

Bonsoir,

Dans cette suite de la déposition de Bonnier de La Chapelle, nous retrouvons l'anecdote du revolver qui intriguait René ainsi que les compagnons de Bonnier dont Mario Faivre, l'auteur du livre en rubrique.

*** A cette époque, il y eut beaucoup de remue-­ménage chez M. d'Astier, causé par des visites mysté­rieuses, et on me fit comprendre que la disparition de l'ami­ral était urgente. On fixa le 24 décembre 1942, veille de Noël, pour l'exécution.

L'abbé Cordier me donna rendez-vous le 24 au matin dans une petite rue, près de l'église Saint-Augustin, où il disait la messe. Je m'y rendis et il me dit qu'il était nécessaire que je me confesse avant d'agir . Et qu'au nom de Jésus-Christ il me donnerait l'absolution.

Tout en marchant, il m'invita à faire ma confession. J'avais à peine esquissé un signe de croix que l'abbé me dit : "Voici les plans du palais d'Été, où se trouvent les bureaux de l'amiral." Il m'expliqua le procédé à employer pour pénétrer dans les bureaux et l'endroit où je devais me pos­ter. Il me remit un revolver de gros calibre, chargé, et m'in­vita à confesser ce que j'allais faire puis me donna l'absolu­tion.

Me sentant en règle avec Dieu, j'allais retrouver mes camarades du groupe d'Hydra, chargés de me conduire devant la grille du palais d'Été. En route, je me rendis compte que mon revolver marchait mal. Dès que j'eus retrouvé mes camarades, qui tous étaient au courant de ce que j'allais faire, je leur fis part des difficultés de fonc­tionnement de mon revolver. Un de ceux-ci, Sabatier, me donna le sien chargé en me disant: " Sois tranquille, celui­-là marche".

Mes camarades disposaient d'une automobile de marque Peugeot, que conduisait l'un d'entre eux, nommé Mario Faivre. Ils décidèrent de me conduire avec ce véhi­cule jusqu'aux grilles du palais d'Été. Il était environ onze heure trente lorsque je pénétrai sans difficulté dans le palais, près des bureaux. Je me fixai à l'endroit décidé par l'abbé. J e n'ai rien pu faire, car j'ai vu de loin l'amiral partir.

Après mon retour, j'ai été invité au restaurant "Le Paris" à déjeuner par M. d'Astier et l'abbé, qui m'ont encouragé à ne pas modifier ma ligne de conduite. L'après­-midi, vers quinze heures, mes camarades sont venus me reprendre avec la même automobile. Nous étions toujours quatre: le fils d'Astier, Sabatier, Mario Faivre et moi. Ils m'ont conduit au même endroit que le matin. Je me suis placé à l'endroit fixé et, dès l'arrivée de l'amiral, j'ai pu accomplir la mission dont j'étais chargé.
***

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 758 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Nous avons tué Darlan

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes