Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Les Policiers français sous l'occupation / Jean Marc Berlière

En réponse à -3 -2
-1et quid de la gendarmerie ! de Léon BEL

Epuration de la police de Francis Deleu le dimanche 19 mars 2006 à 20h11

Bonsoir Léon, bonsoir à tou(te)s,

Une mise au point de Olivier Wieviorka, en encadré de la revue "Les Collections de l'Histoire", le numéro consacré aux "Drames de l'été 1945", indique que contrairement à l'idée communément admise dans l'opinion, la police française n'a pas échappé aux foudres de l'épuration. Des études récentes démontrent qu'un policier sur 5 fut sanctionné.

*** Sur les 40.000 agents que comptait la police d'Etat (hors département de la Seine, où la préfecture de police conservait son indépendance), 5.603 furent sanctionnés, 1.312 révoqués. Pour la Sûreté nationale, 1.136 sanctions furent prononcées dont 542 révocations pour un effectif total de 6.005 hommes. La justice fut plus sévère pour la haute hiérarchie (...) révoqués à 37 % que pour les 37.890 gardiens et autres brigadiers (dont 2,66% furent obligés de quitter l'uniforme). ***

Olivier Wieviorka ajoute toutefois que les amnisties, recours, grâces et remises de peine adoucirent fréquemment les sanctions infligées en 1945.
Là où je voulais en venir, sous la pression du Parti communiste, l'épuration toucha plus durement les auteurs de la répression contre les communistes que ceux de la traque antisémite. Notons, par exemple, que le commissaire François, directeur de la police générale et responsable, notamment, du sinistre camp de Drancy ne fut jamais inquiété.

La conclusion de l'historien : "L'institution policière n'en conserva pas moins le souvenir douloureux d'une épuration d'autant plus sévère qu'elle était, pour des agents habitués à obéir aux ordres, parfois incompréhensibles".
C'est là toute l'ambiguïté du détestable régime que fut celui de Pétain.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1294 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Et la redoutable habileté de René CLAUDE 19 mars 2006 20h21
2 Seul un Maréchal a pu le faire! de arcole 19 mars 2006 20h47

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les Policiers français sous l'occupation

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  5 requêtes