Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Mémoires / Raymond Aron

 

CdG et CED de Francis Deleu le lundi 27 juin 2005 à 22h23

Bonsoir,

Dès l'après-guerre, sous l'impulsion de Jean Monnet entre autres, les dirigeants des pays européens songent à se rassembler avec la volonté d'une intégration européenne à la fois économique et politique. Cet ambitieux projet avait comme vocation de s'affirmer comme troisième "grand" entre les Etats-Unis et l'Union soviétique.
La première réalisation concrète fut le CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier) créée en 1950. Le succès de la CECA suscita le projet d'une défense européenne commune. Nous étions en pleine guerre froide et les rivalités entre le bloc américain et le bloc soviétique risquaient d'entraîner le monde dans un nouveau conflit sans que le Européens ne puissent s'interposer ou faire entendre leur voix. Le 27 mai 1952, le traité de Paris instituant la CED (Communauté Européenne de Défense) est adopté par la République Fédérale Allemande, l'Italie, les trois pays du Benelux et la France. Le traité est rapidement ratifié par la plupart des pays concernés... sauf par le parlement français qui, après deux années de tergiversations refuse la ratification du traité. C'était le 30 août 1954. La CED est morte et ne renaîtra plus de ses cendres.

On sait que le général de Gaulle s'est opposé à la création de la CED. J'ai retrouvé le texte de son réquisitoire dans "Mémoires" de Raymond Aron :

*** Pour qu'il y ait l'armée européenne, c'est-à-dire l'armée de l'Europe, il faut d'abord que l'Europe existe, en tant qu'entité politique, économique, financière, administrative et, par ­dessus tout, morale, que cette entité soit assez vivante, établie, reconnue pour obtenir le loyalisme congénital de ses sujets, pour avoir une politi­que qui lui soit propre et pour que, le cas échéant, des millions d'hommes veuillent mourir pour elle. Est-ce le cas? Pas un homme sérieux n'oserait répondre oui. ***

Je pèche sans doute par optimisme mais - connaissant les revirements du général de Gaulle et à la lecture de ce texte - rien ne dit que s'il avait été au pouvoir, De Gaulle n'aurait pas appuyé le traité en lui donnant l'impulsion souhaitée.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 880 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 La suite du réquisitoire du général de Gaulle de Francis Deleu 28 juin 2005 18h30
2 Et Zidane n'aurait pas été au Stade de France... de Nicolas Bernard 28 juin 2005 23h48
3 Objection! ... au stade de la Grande Wallonia ... de Francis Deleu 29 juin 2005 17h56
4 Ach............ de Prosper Vandenbroucke 29 juin 2005 20h57
3 Mais faut-il le lire comme cela ? de Jacques Ghémard 29 juin 2005 23h38

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Mémoires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes