Énigme et Résistance - Aubrac, les faits et la calomnie - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Aubrac, les faits et la calomnie / François Delpla

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Comme d'habitude... de Jean-Robert GORCE

Énigme et Résistance de Serge Desbois le mercredi 15 juin 2005 à 14h51

Chers co-internautes

Ne vous chipoter pas trop au sujet des circonstances qui ont abouti aux arrestations de Caluire, au démantèlement de l’état-major de la Résistance et aux commémoratifs qui les ont précédés. Je suis comme vous : rien n’est plus énervant que ce tracassin constitué par les énigmes historiques. Par définition une énigme se rapporte à un fait qui pose un problème dont nous ne possédons pas la solution avec certitude. Lapalissade ! Mais j’ai personnellement cessé de lire tous les documents centrés sur Caluire qui se terminent tous de la même façon : “ Le coupable est probablement X mais on n’est pas sûr”.

Pour lever ce tracassin, je ne me pose pas la question : “ Qui a dénoncé la réunion où Jean Moulin a été arrêté ?” mais : “ Comment se fait-il qu’il n’ait pas été arrêté bien avant, ” En effet la lecture de ce qu’ont écrit les Grands et petits chefs de la Résistance nous révèle un monde incroyable de rivalités, de hargne, de concurrence jalouse, d’ambitions forcenées pour préparer l’après-libération et quelques fois de la haine.

Ce microcosme de chefs était aussi largement exposé aux imprudences de certains d’entre eux qui n’avaient aucune qualité pour la vie secrète et clandestine et pour assurer la charge de réseaux souterrains : bavards, hâbleurs, brouillons. Je pense par exemple à ce capitaine qui se fait parachuter de Londres et dont la première préoccupation est de rendre visite aux copains de St Cyr qui sont restés du côté de Pétain. Bien entendu 8 jours après il était arrêté par la Gestapo. Il n’a sûrement pas été dénoncé par ses copains de promo. Mais imaginons une conversation au mess : “ Devine qui j’ai vu ce jour ? Notre copain “ Machin” qui est chez de Gaulle”.

C’est une triste époque où les murs avaient des oreilles partout, dans les réfectoires, chez le coiffeur etc.

Et puis d’autres chefs prenaient des contacts directs avec Vichy. Il y avait aussi des chassés-croisés entre les services secrets français de Londres, d’Alger, américains, anglais, Berne, Vichy.

Oui, je m’étonne que Jean Moulin n’ait pas été arrêté plutôt.

*** / ***

lue 1364 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes