Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Une guerre perdue en 4 jours / P.E. Caton

En réponse à -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Et le moral, dans tout ça? de Claire

Un peu caricatural de Thiriel le lundi 13 juin 2005 à 18h08

Que le moral français ne fut globalement pas un modèle à prôner en terme d'efficience militaire, on peut effectivement en convenir (bien que comme le souligne M. Delpla avec de nombreuses variations dans le temps mais aussi en fonction des troupes concernées et des circonstances).

Il est toutefois surprenant de ne pas citer parmi ses causes la perspective même d'avoir à vivre ou revivre les boucheries de 14 - 18. Que nombre de Français aient été peu enthousiastes à l'idée de regagner les tranchées, il n'y a là rien d'étonnant. Avant de parler de jouissance gauchiste peut-être faudrait -il remettre cette réalité en perspective. D'autre part, que la société française ait été moins martiale que l'allemande en 1939, c'est certain. Et heureusement !

A cet égard, il me semble d'ailleurs que des études outre-Rhin ont montré que le moral des unités allemandes de réserve composées pour beaucoup d'anciens de la Grande guerre n'était en rien meilleur que celui de leurs homologues français. Peut être quelqu'un ici pourrait-il nous renseigner plus précisément sur ce point.

Egalement à titre de comparaison, il est intéressant d'observer ce qui arrive aux troupes britanniques en 1940. Leur moral ne peut être mis en cause. Je citerai en exemple un cas précis où le moral des troupes de la 1st armoured division est qualifié de "stupéfiant" par l'attaché militaire français lors de l'attaque de la tête de pont d'Abbeville. Or, les forces britanniques sont lors de cette action quasiment anéanties car "trop disciplinées sous le feu", permattant ainsi aux 88 allemands de faire du tir aux pigeons sur les Cruisers alignés comme à la parade. Ce fait seul ne prouve rien évidemment mais donne une bonne illustration des limites du rapport moral / efficacité.

Beaucoup de français, qui n'avaient plus de revanche à prendre ont sans doute voulu croire ou espérer que la bataille n'aurait pas à être vraiment livrée cette fois et que l'Allemagne finirait par être étouffée. Quant aux "jem'enfoutistes" de 1939 - 40, on les trouve partout, de tout temps, et certainement pas seulement chez les électeurs du front populaire.

Cordialement

*** / ***

lue 806 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Une guerre perdue en 4 jours

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes