Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les rivaux de Charles de Gaulle / Anne Laurens

En réponse à -4 -3 -2
-1Les choix diplomatiques et les affaires ? de Francis Deleu

Un portrait de Joseph Kennedy de Francis Deleu le mardi 01 février 2005 à 21h50

Bonsoir,

Marcel-Henri Jaspar, Ministre de la Santé publique en 1940, fut le premier membre du gouvernement à rejoindre Londres où sera formé le gouvernement belge en exil. Dans son livre "Souvenirs sans retouche", il nous brosse un portrait féroce de Joseph Kennedy, ambassadeur des Etats-Unis en Grande-Bretagne:

M. Kennedy était un bavard dangereux, solennel et snob. L'oeillet qu'il portait à la boutonnière ne parvenait pas à le faire prendre pour un "gentleman" sorti d'Eton ou de Harrow : cet homme d'affaires n'était, me semble-t-il, destiné ni par son éducation, ni par sa nature, à donner un avis sur les problèmes internationaux auxquels un sort mali­cieux et le président Roosevelt l'avaient associé. De fait, son crédit à Londres était nul; aux yeux de cet Irlandais bien habillé, primitif et inculte, la guerre était perdue pour la Grande- Bretagne.
Rappelé par Roosevelt, rentré aux Etats-Unis, ce représen­tant de la grande démocratie américaine a tenu, quelques semaines après sa rentrée dans la vie privée, un langage étonnant; il déclara au New York Journal, "que la Grande-­Bretagne se trouve dans la situation la plus pénible, que la durée de sa résistance est fort imprécise, qu'affirmer qu'elle se bat pour la démocratie constitue un pur non-sens, que l' Amérique serait bien folle de se lancer pour elle dans la guerre; qu'on n'avait ni troupes, ni navires à lui envoyer, et qu'au surplus, il faudrait passer sur son corps à lui, Ken­nedy, si l'on voulait jamais faire intervenir les Etats-Unis dans la guerre européenne"
.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 717 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 "Un échantillon parfaitement ignoble d'hypocrisie et de défaitisme" de Nicolas Bernard 03 févr. 2005 02h01

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les rivaux de Charles de Gaulle

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes