Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Marianne - Dossier Libération de la France / JC Harvet, P. Girard, E. Dior / JP Azéma, A. Rowley

En réponse à
-1Une chronique gratuite de Jacques Ghémard

Mortain : qui dit mieux ? de François Monney le mercredi 14 juillet 2004 à 23h26

Re-bonsoir,

Le 7 août, après avoir pris Mortain, les Allemands décident de récupérer Avranches afin de rétablir la ligne de front. Pour atteindre cet objectif tactique, il leur faut agir vite, même si les unités nécessaires ne sont pas toutes réunies.

Historia, Thématique, n° 89, de mai-juin 2004 consacre tout un article à La contre-offensive de Mortain. Si vous ne vous êtes pas procuré ce numéro exceptionnel intitulé Les soldats de la liberté voici l'adresse de la page proposant en ligne l'article intégral consacré à Mortain :



Elle vous permettra d'accéder également aux autres articles composant ce numéro thématique.

Un extrait pour rester dans l'ambiance de la chronique de Alain Rémond dans le numéro double spécial de Marianne :

Une petite fille née sous terre
Georges Gautier est aujourd'hui âgé de 93 ans. Habitant Mortain de 1935 à 1946, il était à l'époque bouilleur ambulant et négociant en eau-de-vie. Il fait partie des 800 villageois réfugiés dans la mine de Cambremont pendant la contre-offensive de Mortain. Née à 60 mètres sous terre, sa fille Monique a reçu pour deuxième prénom Barbe, sainte patronne des mineurs.
Chaque jour, les Américains se rapprochent un peu plus de Mortain. [...] En accord avec M. Daffix, directeur de la mine de fer de Cambremont au Neufbourg, les autorités prennent la décision d'aménager les galeries en sous-sol avec des bancs de fortune et des balles de paille çà et là pour y abriter les civils, le temps de la bataille, qui promet d'être terrible. Je suppose qu'ils avaient prévu que ce serait pour deux ou trois jours. Hélas, ça dura une semaine. Attaques, contre-attaques, batailles de chars... Les troupes alliées s'approchant de Mortain, je prends la décision de quitter la ville pour me réfugier au Petit Balandon sur la commune de Saint-Clément, à 2 km de la mine à vol d'oiseau.
La nuit suivante, Mortain est bombardée. La lumière provoquée par l'explosion des bombes incendiaires arrive jusqu'à nous. Notre chien Loulou hurle à la mort. Au petit matin, je décide de gagner la mine, en traînant la petite remorque chargée de vivres. Nous sommes près de 800 personnes cachées sous terre. Les vivres s'épuisent de jour en jour, comme les lumières. Bientôt, c'est la pénombre. Mon épouse, enceinte de notre deuxième enfant, est prise de douleurs. En l'absence du docteur, deux femmes dévouées s'en occupent. Un refuge pour mineurs est mis à sa disposition, et c'est ainsi que naît ma fille Monique. On utilise comme berceau le panier en osier du boucher Parigny. Nous sommes le 9 août 1944. Enfin, au bout d'une semaine, la bataille prend fin. La ville est détruite à 80 % et nous découvrons notre habitation en ruine
.

Là, c'est sûr, Mortain n'a pas été ***Oublié. Zappé***
Du coup, il aurait p't'être dû attendre un attendre un p'tit peu avant d'écrire sa deuxième chronique Alain Rémond...

Bonne lecture,
bien cordialement,
François Monney

*** / ***

lue 1638 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Marianne - Dossier Libération de la France

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes