Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Indochine 1940-1945 - Jacques Valette
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Indochine
-

Nom donné à l'ensemble colonial français à la péninsule qui comprenait les trois ky (provinces) viêtnamiens: la Cochinchine (au sud), l'Annam (au centre) et le Tonkin (au nord) ainsi que le Cambodge et le Laos.

-

Le terme "Indochine" apparaît pour la premiere fois vers 1813 et regroupe le Tonkin, l'Annam, la Cochinchine, le Laos, le Cambodge.
Le terme s'écrit de trois façons: Indo Chine, Indo-chine ou Indochine. Le terme n'existe plus après le départ des Francais.


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


Revue Historique des Armées - RHA - France
-

La revue est éditée par la Section Etude du service Historique de l'armée de terre.


Service de Renseignements - SR - France libre
-

Créé et dirigé par le colonel Passy, le SR deviendra le BCRAM (Bureau Central de Renseignements et d'Action Militaire), précurseur du BCRA.


Vietnam
-

Le mot Vietnam (le sud des Viet) désignait le royaume qui s'étendait au XIXe siècle de la porte de Chine à la pointe de Ca Mau. C'est ainsi que l'empereur Gia Long avait baptisé son pays. Les monarques qui le précédèrent l'appelaient Dai Viet (le grand Viet). Ming Mang, qui succéda à Gia Long en 1820, renomma le pays Dai Nam (le grand sud), mais cette appellation n'arriva pas à supplanter la précédente dans l'usage courant. Les Français utilisèrent le mot An Nam (sud pacifié) que les Chinois employaient couramment pour rappeler que "pendant mille ans, le Nan Yue (Nan Viet ou Viet du sud) fut une marche méridionale du Céleste empire". En reprenant cette appellation, les Français signifiaient qu'ils succédaient au "suzerain" précédent, d'autant que le roi Tu Duc avait fait appel à l'empereur de Chine contre les Français. Les nouveaux maîtres firent plus en réduisant le royaume d'Annam à la portion congrue: la partie centrale du royaume. Le nord et le sud, baptisés respectivement Tonkin et Cochinchine, furent soustraits à l'autorité (toute théorique) du monarque "protégé".
(Définition de Pierre Brocheux extraite du livre de Marc Ferro: "Le livre noir du colonialisme"). (LB)

Dans ce texte :

des questions... de Laurent Boussaton le lundi 20 juillet 2015 à 19h19

bonjour

que savaient les autorités françaises des intentions japonaises sur l'Indochine ? Quelles étaient leurs connaissances du projet expantionniste et colonialiste de l'empire du soleil levant en Asie et en particulier de cette poussée vers le sud qui englobait la péninsule indochinoise ?

a ces deux questions, je n'ai pas pu trouver de réponses satisfaisantes...
les rapports des attachés militaires au japon pendant l'entre deux guerres(1) n'apportent pas grand chose mis a part l'organisation, en 1937, et en Indochine d'un exercice de défense face à un éventuel débarquement d'une puissance asiatique. Ou la recrudescence des activités d'espionnage japonaises sur le territoire comme l'affaire Endo Etsu ou le soutien des services japonais à la secte caodaiste et suivit par la sureté indochinoise(1)(2).
le général Salan qui fut responsable du SRI* au ministère des colonies et dont le commandant Valluy couvrait pour le même service la Russie d'Asie, le Japon, la Chine et le Pacifique nord, parle lui du plan Tanaka de conquête de la Chine et de progés éventuels de soutien à la Chine...rien de plus(3)
le général Catroux qui fut aux premières loges en 1940 dut faire appel à des connaissances civiles pour obtenir des informations "viables" et objectives sur la situation en extrême-Orient, en plus de ses propres services.(4)

encore des pistes à creuser donc...

laurent

(1)les attachés militaires français au Japon et la collecte de renseignement durant les années 1930. Jonathan Bertout. revue historique des armées n°273.SHD. 2013. p83 à 94
(2)la répression coloniale au Vietnam (1908-1940). Pierre Morlat. l'Harmattan.1990.
(3)mémoires fin d'un empire tome 1. Raoul Salan. presses de la cité. 1970.
(4)deux actes du drame indochinois. général Catroux. plon. 1959.

*SRI: service de renseignements inter-colonial ou service de renseignements impérial.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes