Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Heydrich et la Solution Finale - Edouard Husson
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Amt - Allemagne
-

Terme allemand désignant une subdivision administrative (division, office, bureau, service..) dans une organisation.
Ämter au pluriel.


Canaris (Amiral) - Allemagne nazie
-

(1887-1945) Brillant officier de marine pendant la Première guerre mondiale, l'amiral Wilhem Canaris est nommé chef de l'Abwehr, en 1935, en même temps que contre-amiral. Canaris adopte dès 1940 une attitude hostile à l'égard d'Hitler et du nazisme. Fut-il un véritable espion ou un allié secret? Sans pouvoir le préciser avec certitude, on peut toutefois affirmer qu'il joua un rôle politique important pendant la guerre, grâce à ses multiples contacts secrets avec l'étranger. Après l'attentat manqué contre Hitler en juillet 44, il sera arrêté comme comploteur et pendu en avril 1945, peu avant la fin de la guerre.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


RSHA - Reichssicherheitshauptamt - Allemagne nazie
-

Office Central de la Sécurité du Reich créé en 1939 avec à sa tête Reinhard Heydrich. Après l'assassinat de Heydrich par la Résistance tchèque à Prague, le 8 juin 1942, le poste est confié à Ernst Kaltenbrunner.
Le RSHA comprend 7 divisions (Amt - Ämter au pluriel):
- Amt I : Service du personnel pour l'ensemble du RSHA.
- Amt II : Questions administratives, économiques et droit.
- Amt III : Inland SD (Sicherheitsdienst) - Service de renseignement et de sécurité intérieure.
- Amt IV : Gestapo - Recherche des adversaires du régime et répression.
- Amt V : Kripo - Police criminelle
- Amt VI : Ausland SD (Sicherheitsdienst)- Service de renseignement et de sécurité à l'étranger.
- Amt VII : Documentation, études et recherches idéologiques.


SOE - Special Operations Executive - Grande-Bretagne
-

Service secret britannique chargé de l'action en Europe. Les "Réseaux Buckmaster" sont la branche française du SOE.


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Lahousen de Etienne Lorenceau le jeudi 02 avril 2015 à 09h29

Vous mettez en doute, comme tout historien est bien fondé à le faire, le témoignage de Lahousen sur l'intervention de Canaris auprès de Keitel lors de l'invasion de la Pologne.
Votre argument semble se fonder sur la personalité de Lahousen dont vous mettez en cause, si j'ai bien compris, les liens effectifs avec la resistance allemande.

Les sources dont nous disposons sur les extraits de son journal montrent pourtant bien, sinon la pré-existence de ce témoignage dans ses notes, le sérieux de son engagement dans la resistance au nazisme. De fait l'auteur principal de l'ouvrage qui relate cet engagement est Helmut Groscurth dans
Krausnick, Helmut (Herausgeber), Deutsch, Harald C. (Herausgeber), Groscurth, Helmuth (Autor) Tagebücher eines Abwehroffiziers: 1938 - 1940 Gebundene Ausgabe – 1970
Par ailleurs Lahousen est cité à plusieurs reprises dans l'ouvrage de Gisevius pour son engagement aux côtés de la resistance allemande. L'engagement de Gisevius lui même est confirmé entre autres, par Allen Dulles et se trouve relatée dans son ouvrage
Gisevius, Hans Bernd. To the Bitter End © 1947 Boston – Houghton Mifflin
Dulles, Allen Welsh, Germany's Underground © 1947 New York - MacMillan and Co

Donc si le témoignage de Lahousen, sur l'épisode Canaris/Keitel en bas du train d'hitler lors de l'attaque contre la Pologne apparait bien pour la première fois à Nüremberg, il m'est difficile de vous suivre sur la décrédibilisation de son auteur pour récuser le témoignage lui même

Mettons bien sur en doute n'importe quel témoignage mais acceptons également de mettre en question, dans la même logique, la conviction qui génère ce doute.

Par ailleurs la qualification de "criminel" que certains utilisent pour faire un amalgame entre lui et les SS me semble de nature à induire l'historien sérieux en erreur. En effet, les actions militaires entrainant la mort d'ennemis ne sont pas juridiquement qualifiés comme "criminels".
Lahousen dirigeait au sein de l'Abwehr les opérations de commando et notamment ceux des Brandenburgers. Doit on qualifier de "criminel" ou de nazies les actions de commandos au simple titre qu'elles seraient effectuées par l'ennemi? En le faisant nous condamnerion nos propres actions militaires (notament ceux du SOE et de la resistance française de De Gaulle). Ces Brandenburgers, soldats d'élite particulièrement bien entrainés, après que Lahousen ait été lui même envoyé sur le front de l'Est, seront récupérés par Schellenberg et placés sous les ordres d'Otto Skorzeny en charge des commandos dans le Amt VI du RSHA (dont l'existence tend à prouver en soi que l'Abwehr ne coopérait pas avec les SS)

Donc je pense que ces éléments, entre autres permettent de valider le témoignage de Lahousen à Nuremberg et que ce témoignage à Nüremberg se trouve conforté par un très grand nombre d'éléments factuels et témoignages qui constituent autant de "circumstancial evidence"

Pourquoi Canaris s'est il entouré de personnes comme Bonhoffer sinon pour leur apporter la protection de l'Abwehr, pourquoi a t il fourni au general Ludwig Beck (qui n'était pas n'importe quel général) les éléments de son rapport visant à décourager hitler d'envahir la Czechoslovaquie, pourquoi le meilleur espion des alliés à l'ouest fut il un officer de l'Abwehr (Paul Thümmel), pourquoi introduisit il à la légation tchèque une "amie" à lui qui deviendra avec Gisevius et Waetjen les relais d'information de Rudolf Roessler, purquoi fit il rentrer plusieurs personnalités dans le cercle de Kreisau, pourquoi, s'il n'était pas resistant... ?

Mais nous reviendrons sur Canaris dans LdG quand je pourrai lever les yeux de mon travail sur schellenberg, je l'espère avec votre aide.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes