Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le maquis de Glières - Claude Barbier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Crémieux (décret)
-

Le décret Crémieux, du 24 octobre 1870, accorde la citoyenneté française aux Israélites, résidents en Algérie.
Le décret sera aboli, sous Vichy, par la loi du 7 octobre 1940 portant abrogation du décret du Gouvernement de la défense nationale du 24 octobre 1870 et fixant le statut des juifs indigènes des départements de l'Algérie.


France Libre - France libre
-

Mouvement politique et militaire, créé en juin 1940 par le Général Charles de Gaulle. Déniant toute légitimité au Maréchal Pétain, elle s'opposera militairement à ses forces pour obtenir le ralliement partiel de "l'Empire". En 41 et 42 elle fut la seule force militaire française présente sur les champs de bataille aux cotés des Britanniques . Ensuite son autorité fut acceptée par les mouvements de résistance intérieurs puis, par les autres forces françaises présentes à l'extérieur du territoire. En 1944 la France Libre rétablira la république tout en participant à la victoire contre les nazis.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


AS - Armée Secrète
-

En Belgique: nom définitif donné le 1 juin 1944 à la Résistance belge après la fusion de plusieurs groupements de résistance.

-

En France. Sous le commandement du général Charles Delestraint, l'AS tente de coordonner les différents mouvements de résistance. L'AS trouvera se place dans la Résistance avec le développement des maquis qui offrent aux militaires la possibilité d'encadrer des "troupes".


BBC - British Broadcasting Corporation - Grande-Bretagne
-

Radio Londres

Dans ce texte :

Réponse courtoise à brûle-pourpoint de Alain Cerri le mercredi 20 août 2014 à 10h54

Cher Monsieur,

Tout d'abord, je ne vois pas « dans [votre] travail qu'une vaste fumisterie », c'est-à-dire, selon Le Petit Robert, « une chose entièrement dépourvue de sérieux ». Au contraire, n'ai-je pas déclaré, dans l'un de mes premiers messages : « Ne peut-on pas dire que Claude Barbier a écrit le premier livre académique entièrement consacré aux Glières, lequel fait le point sur la recherche historique de manière assez pertinente dans l’ensemble sans rien apporter de vraiment neuf (finalement, loi du genre) ni échapper à des interprétations tendancieuses, ce qui est le lot de beaucoup d’ouvrages d'historiens parfois éminents (loi de l'histoire, science trop humaine). »

Ensuite, je ne pense pas que le terme « se cacher » soit neutre ; sur ce point, je suis effectivement d'accord avec le général Bachelet : « […] le choix des mots n'est pas innocent. Entre dire échapper [...] et se cacher, il y a une différence. » Et, contrairement à ce que vous affirmez, je n'oublie pas du tout « le contexte » fin janvier 44 en Haute-Savoie, c'est-à-dire l'arrivée d'importantes forces de l'ordre vichystes, sans parler de celle, que vous ne mentionnez pas, des soldats allemands du bataillon I./98 du 1er régiment de chasseurs de montagne de réserve (moins une compagnie qui rejoindra à la mi-février). En effet, un détachement de cette unité attaque le maquis du Cruet dans la vallée de Thônes, tue plusieurs hommes, pille et incendie des habitations à Thuy, ce dès le 26 janvier.

Bien évidemment, les maquisards les plus exposés dans cette vallée n'allaient pas affronter sans armes les centaines de soldats allemands et de policiers/miliciens de Vichy ! Déjà dans le livre de l'Association des Glières, publié en 1946, page 38, on peut lire que Tom Morel l'explique clairement à son adjoint, le lieutenant Jourdan : « Devant les opérations de grande envergure déclenchées contre nous, il s'agi[t] […] de grouper tout le monde, avec toutes les armes existantes, dans une zone facile à défendre que l'on interdir[a] coûte que coûte [le plateau des Glières]. C'est là qu'on attendr[a] les parachutages promis [pour la pleine lune de février]. »

Cependant, encore une fois, il ne s'agit pas de « se cacher » (synonymes dans Le Petit Robert : se dérober, disparaître, se tapir, se terrer, se planquer !) et, en aucun cas, comme vous l'écrivez, « se prémunir des attaques […] pass[e] avant la réception des armes », puisque celle-ci, qui n'a pas encore eu lieu, devient, au contraire, possible par l'installation des maquisards sur le plateau !

De plus, contrairement à ce que vous dites, tous les maquisards de l'A.S. ne montent pas sur le plateau fin janvier/début février. Romans-Petit (cf. son livre Les obstinés, 1945, page 77) prévoit au moins 250 hommes pour réceptionner les parachutages ; or, ce sont seulement 120 hommes qui montent sur le plateau le 31 janvier ! Surtout, « L'ordre des priorités » n'est pas du tout « bousculé », selon votre expression : l'arrivée massive des soldats allemands et des policiers vichystes précipite peut-être la montée sur le plateau de trois camps exposés de maquisards sans armes ou presque, mais ceux-ci vont bel et bien préparer le terrain des futurs parachutages comme prévu !

Cela dit, je maintiens que, pour les gens informés, vous n'apportez pas grand-chose de nouveau sur les Glières, même pas sur les combats du 26 mars dont vous minimisez l'importance. En effet, le combat de Monthiévret, même s'il n'a pas eu l'ampleur évoquée dans la légende, a été décisif, d'une part sur le plan militaire, puisqu'il a décidé le capitaine Anjot à donner l'ordre d'exfiltration du bataillon des Glières et, d'autre part sur le plan psychologique, puisqu'il a constitué le premier affrontement médiatisé et à visage découvert entre les soldats allemands et les maquisards français. Pour le chef régional de la Résistance Alban Vistel (cf. son livre La nuit sans ombre, 1970), « il est indéniable que la douloureuse épopée des Glières eut un retentissement considérable [...] Les conséquences en furent un affermissement de prestige pour le gouvernement de la France libre et un appui accru pour nos mouvements. »

Finalement, vous prétendez avoir eu « la primeur de découvrir certaines archives ». Pourtant, à la page 247 de votre livre, vous écrivez que « les seuls documents en notre possession exactement contemporains du 26 mars sont d’origine allemande : il s’agit du carnet de la compagnie allemande présente dans le secteur du Petit-Bornand ainsi que des télégrammes que s’échangeaient les policiers allemands ». Non seulement, je dispose de ces documents depuis longtemps, mais j’ai également obtenu des renseignements de la part d’anciens combattants allemands que j’ai pu retrouver à la suite de mes recherches !

En outre, voulant à toute force faire des Glières un refuge jusqu'au premier parachutage, vous écrivez : « A partir du premier parachutage, les avions sont repérés, les logiques se contredisent. La dispersion, l'affrontement ou la reddition seront les seuls moyens de résoudre le dilemme. »
Cette assertion, centrale dans votre analyse sur ce point, est fausse : le premier parachutage a lieu le 14 février, or, d'une part, dès le 2 février, la guerre des ondes entre Radio Londres et Radio Paris commence et focalise l'attention nationale et internationale sur la Haute-Savoie et les Glières ; d'autre part, le rassemblement des Glières est très tôt repéré par les forces de l'ordre de Vichy : le 12 février, un important détachement de gardes mobiles en reconnaissance sur le plateau tombe dans une embuscade ; le 13 février, le plateau est complètement encerclé par les forces de l'ordre ! C’est vous qui manifestez une singulière ignorance des événements. Et du contexte ! En effet, vous ne prenez guère en compte la dimension symbolique des Glières, pourtant fondamentale dans la guerre psychologique et la conquête de l’opinion. Permettez-moi, sur ce point capital, de citer Jean-Louis Crémieux Brilhac (cf. Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, 99, 1975) :
« [...] ce n'est pas non plus sur le seul plan de l'efficacité locale que les responsables des Glières ont voulu situer leur action, et c'est bien pourquoi les polémiques qui se sont engagées après la Libération étaient sans issue. Ils l'ont située sur le plan d'une efficacité plus haute, psychologique et politique. Dans cette perspective, qui peut dire qu'ils n'aient pas atteint leur but ? Une défaite des armes peut être une victoire d'opinion. [...] les combattants de Haute-Savoie ont défini et comme projeté vers l'extérieur l'image qu'ils souhaitaient donner d'eux-mêmes ; ils ont pu, à l'écoute de la B.B.C., suivre l'édification de leur propre légende. Cette légende, qui sait s'ils l'auraient vécue de la même façon et jusqu'au bout, comme ils l'ont fait, s'ils n'avaient su - ou cru - que la France entière les regardait ? »

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes