Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Du débarquement africain au meurtre de Darlan - Albert Kammerer
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Darlan (François) - France
-

(1881-1942) Commandant d'une batterie de canonniers marins pendant le Première Guerre mondiale, François Darlan est nommé en 1926, directeur du cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine. Il s'y consacra déjà à la rénovation de la flotte. En 1934, il reçoit le commandement de l'escadre de l'Atlantique; en 1936, chef d'état-major général de la Marine; en 1938, amiral de la flotte.
En juin 1940, il entre dans le gouvernement de Pétain comme Ministre de la Marine. En décembre 40, à la suite du renvoi de Laval, il est nommé vice-président du Conseil et est considéré comme le dauphin du Maréchal Pétain.
Présent à Alger, en novembre 42, lors du débarquement américain en AFN, Darlan se rallie à la cause alliée après s'y être opposé quelques jours. Il sera assassiné le 24 décembre suivant par le jeune Bonnier de la Chapelle.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Sud - ZS - France
-

Désigne la Zone Libre (ZL) ou Zone Non Occupée (ZNO) avant l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes, en 1942, du Sud de la France.


AFN - Afrique Française du Nord
-

Territoire de l'Empire français.


DBLE - Demi Brigade de la Légion Etrangère - France
-

La 13e DBLE s'est illustrée de 1940 à 1945.
Voir 13e.

Dans ce texte :

Quelle resistance ? de Léon BEL le jeudi 28 novembre 2013 à 13h49

cette résistance reste une phase peu glorieuse pour la France : des morts inutiles et surtout un décalage "choquant" entre la résistance brève mais violente contre les Alliés en AFN, et une abstention complice (clairement une trahison - intelligence avec l'ennemi) face aux italo-allemands à Bizerte et Tunis.

Le mieux aurait été de résister à tout le monde, et non d'obéir aux ordres face aux Alliés et d'attendre confirmation de ces mêmes ordres face aux italo-allemands...

J'en profite pour "tordre" ici le cou à une idée tenace et fausse : les français avaient en novembre 42 les moyens de résister en Tunisie, et de bloquer suffisamment la création de la tête de pont de l'Axe pour bouleverser le cours de la guerre en Afrique (car alors la Panzerarmee Afrika de Rommel aurait connu son destin 4 mois avant à Tripoli).

13ème DBLE fait un parallèle risqué entre la resistance de l'armée française face aux Alliés à Oran et au Maroc , et l'eventualité d' une même resistance , face à l' Axe , à Tunis
C'est feindre d'ignorer que la situation est radicalement differente pour les deux cas :
Dans le premier cas , les Français obeissent d'abord à Vichy puis, la fortune des armes evoluant et les Alliés , presents et dominants , ils obeissent à Alger ( suite aux accords Darlan Clark ) et de ce fait Vichy est mis hors circuit et n'a plus aucune autorité
Dans le second cas , à Tunis , tout s'est joué en 2 jours , les responsables français sont soumis à la seule pression de Vichy et à la menace de l' Axe , les Alliés sont encore à Alger : ils sont mis devant le fait accompli , dés le 9 novembre , d'une intervention germano italienne .....à laquelle Vichy ordonne de ne pas s'opposer
Sauf à imaginer une dissidence , sans certitude d'un appui allié immediat , il est clair qu' Esteva et Derrien , militaires confits dans le devoir d'obeissance et de fidélité au Marechal , n'avaient d'autre choix que de s'incliner et d'observer " une attitude de neutralité "
C'est à une situation identique à l'occupation de la zone sud que fut soumis Vichy : les Allemands presentaient ces operations comme une necessité militaire , non comme une atteinte à la souveraineté française ..........et Vichy dut s'incliner !
Pour Vichy , c'est l'Anglo americain qui est désigné comme l'agresseur , pas l'Allemand !

Sur le dernier point , il est clair que le 8 novembre , les Français , à Tunis , en position defensive auraient pu s'opposer , par le blocage de ports et d'aerodromes , à l'arrivée des Germano italiens à condition
1 ) Qu'ils en reçoivent l'ordre de Vichy ou , passant outre , qu'ils fassent dissidence ..............Hypothèses hautement improbables
2 ) Qu'ils soient assurés d'un soutien allié immediat .............or , les 8 et 9 novembre , les Alliés sont encore à plus de 500kms ( à vol d'oiseau ) de Tunis , ils n'avaient pas prévu la riposte immédiate de l' Axe et devront reviser leurs plans , en se resignant à une operation terrestre
3 ) Qu' un mouvement de Resistance ( comme à Alger ) neutralise le pouvoir militaire vichyste , en permettant ( ce qui etait prévu ) l'arrivée de commandos aeroportés alliés ..................or , contrairement au Maroc et à l' Algerie ) les Alliés ne s'etaient pas assurés d'" intelligences" dans la place ni le concours de resistants ( comme à Alger ) , ce qui aurait surement changé la donne
Toutes ces eventualités écartées , il est injuste de taxer de complicité passive , de trahison ou d'intelligences avec l'ennemi ,Esteva , Derrien, Barré * qui , bon gré mal gré , isolés ,ont du obeir , dans la tradition militaire française , aux ordres du pouvoir en place ............ils n'en ont pas eu le choix , contrairement aux Noguès , Michelier , Boisseau et autres qui ont obei , avec fougue , aux ordres de Vichy , pour retourner opportunement leur veste , le pouvoir ayant changé de main !

* Derrien , d'abord enthousiaste à l'idée de reprendre le combat contre l'ennemi germano italien , en sera dissuadé par Esteva , religieusement fidèle au Marechal
Les deux seront lourdement condamnés à la Liberation
* Barré , contraint à la neutralité ,fera retraite vers l' Ouest et rejoindra les Alliés ............il sera " saqué " par Juin pour ne pas s'etre opposé aux allemands !

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes