Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

A livre ouvert ... - les contributeurs de Livres de Guerre
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Brinon (Fernand de) - France
-

(1885-1947) Fernand de Brinon était désigné, le 3 novembre 1940, comme chargé de mission à Paris avec rang d'ambassadeur et recevait, le 18 décembre, le titre de délégué général du gouvernement français pour les territoires occupés. Avant guerre, il avait été rédacteur aux "Débats" jusqu'en 1930, puis directeur du quotidien financier "L'Information" jusqu'à sa démission en novembre 1938. Premier journaliste français à interviewer le chancelier Hitler ("Le Matin" du 22 novembre 1933), il a été membre du comité directeur de France-Allemagne fondé en 1935 par Otto Abetz. Membre du comité d'honneur du groupe Collaboration, il fait aussi partie du comité de fondation de la LVF, dont il deviendra le président en 1943. En septembre 1944, à Sigmaringen, Brinon sera président de la Commission gouvernementale formée avec Luchaire, Darnand, Déat et Bridoux. Il sera condamné à mort et exécuté en avril 1947.


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Montoire - Vichy
-

Charmante localité du Loir et Cher, proche de la vallée de la Loire et de ses châteaux et, en 1940, à la lisière de la ligne de démarcation entre la zone Nord occupée et la zone Sud dite libre.
Le 24 octobre 1940, Pétain y rencontra Aldof Hitler pour une vigoureuse poignée de main et une conversation à bâtons rompus. Quelques jours plus tard, le 30 octobre, Pétain proclama sur les ondes de la radio : "J'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration".


Quartier Général - QG - Divers
-

Plus petit que Grand Quartier Général... forcément.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Huntziger et le réduit breton (suite) de Jean Paul Gires le lundi 27 février 2012 à 17h55

Quel aurait été l'intérêt de de Gaulle de travestir la vérité, longtemps après la mort d'Huntziger ? Rappelons-nous le contexte.

De Gaulle suggère à Reynaud de remplacer Weygand par Huntziger. Reynaud hésite. De Gaulle part à Londres voir Churchill. Celui-ci réclame que des actions militaires soient menées en métropole pour fixer une partie des troupes allemandes. L'idée du réduit breton, évoquée depuis quelques jours, doit lui plaire. Le royaume Uni pourra apporter sonu on le laisse entendre, on dit qu'on est là pour obé soutien par Brest et Lorient, tenus fermement par Laborde et Penfentenyo. De Gaulle rentre en France et Reynaud l'envoie aussitôt au quartier général d'Huntziger, à Arcis-sur-Aube, pour sonder ce dernier sur l'idée de le nommer généralissime. Pour tout général ambitieux, la proposition est flatteuse et, dans un tel cas, on peut être prudent mais on ne dit pas non, on dit oui ou on le laisse entendre, on dit qu'on est là pour obéir. L'idée à la mode du réduit breton a été forcément évoquée et de Gaulle a compris que le potentiel généralissime était favorable aux idées du gouvernement. De Gaulle repart pour la conférence de Briare, Huntziger n'est pas nommé, tout s'accélère et bientôt ce qui n'était pas encore effondré le devient.

Huntziger, avec le recul du temp 10 s, n'a pas laissé le souvenir d'un général particulièrement brillant ni avant la percée allemande ni pendant. Les analystes militaires paraissent d'accord là-dessus et la synthèse reprise dans Wikipédia est intéressante à cet égard. Le 10 mai, alors que le général sait par ses observateurs aériens que les forces allemandes entrent depuis le matin en masse dans les Ardennes, il masse sa soirée au théâtre, mais c'est anecdotique. Il n'affirme pas un esprit particulièrement chevaleresque en reportant sur le général Corap la responsabilité de ses propres insuffisances, mais il faut bien se défendre. Si l'on ne peut discerner l'intérêt de de Gaulle à ne pas rapporter exactement ce qu'il a compris d'Huntziger au sujet du réduit breton,, idée d'ailleurs vite abandonnée au profit de l'Afrique du Nord, on voit bien celui d'Huntziger à se désolidariser de de Gaulle. Le général va commencer en effet sa carrière vichyste et collaborationniste. Il est ministre de la guerre (terre) le 1er septembre 1940 (1er gouvernement Laval). Il l'est lors de l'entrevue de Montoire où Pétain propose les services de l'armée d'armistice pour réduire l'Angleterre, et du discours fondateur de la collaboration le 30 octobre 1940. Il est en septembre 1941 commandant en chef des forces terrestres vichystes.
La veille de sa disparition, il se rend à Mers-el-Kébir pour honorer les morts (très bien) tout autant que pour nourrir la propagande contre la résistance anglaise (V. les les actualités cinématographiques). Qu'aurait-il fait par la suite si la mort ne l'avait saisi ? Son service à Paris est présidé par Brinon, avec au 1er rang Stülpnagel et Speidel. L'action publique étant éteinte, Charles Huntziger n'a pas eu de procès après la Libération mais il lui reste les appréciations de quelques'uns de ses contemporains et celles des historiens.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes