Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ce que savaient les Alliés - Christian Destremau
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Commissariat général aux questions juives - CGQJ - Vichy
-

Créé par la loi du 19 mars 1941, le CGQJ a mission de "gérer" la "question juive". A sa tête est nommé Xavier Vallat, l'auteur sinon l'inspirateur du statut des Juifs de juin 41. En mai 42, Vallat, jugé trop mou, est remplacé par un extrémiste, habité par une haine frénétique des Juifs: Louis Darquier mieux connu sous le nom de Darquier de Pellepoix.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)

Dans ce texte :

De l'utilité de Vichy... pour les Allemands ! de Nicolas Bernard le mardi 01 décembre 2009 à 16h43

Je constate que vous laissez des pans entiers de mes articles sans réponse. Je constate également que vous laissez bien des questions que je vous pose sans réponse.



> Nous y sommes et vous apportez des verges pour vous faire
> fouetter.
> Vous reconnaissez magistralement, et au-delà de ce que je
> pouvais espérer de votre part, que la soi-disant fiction
> de la souveraineté de Vichy avait une utilité et qu'elle
> exerçait un certain empire.

Bis repetita : la fiction de la souveraineté de Vichy avait une utilité... pour les Allemands !

Un gouvernement d'extrême-droite collaborateur, littéralement obsédé par l'idée de plaire à l'occupant, est nécessairement plus avantageux pour ledit occupant que l'administration directe du pays, dans la mesure où il facilite la prise en main dudit pays, au nom de l'axiome selon lequel une administration nationale est davantage encline à obéir à son propre gouvernement qu'à un occupant étranger.




> Encore fallait-il que Vichy s'en serve, de cet empire, et
> c'est bien ce qu'il a fait quand il a, par les habiles
> négociations du 7 mai 42 avec Heydrich et du 2 juillet 42
> avec Oberg et Knochen (qu'il faut mettre à l'actif de
> Bousquet, principalement) empêché Eichmann de remplir ses
> trains et Oberg de fournir les quotas réclamés par
> Himmler.

Entièrement faux.

1) Vichy mène, dès 1940, une politique de fichage, de ségrégation, d'exclusion envers les Juifs - français et étrangers - et ce sans même que les Allemands ne le demandent ;

2) Vichy légitime ses mesures antisémites en pratiquant une distinction entre Juifs français et Juifs étrangers, de manière à s'attirer le soutien de l'opinion en attisant sa xénophobie latente à l'encontre des seconds (et, par contre-coup, des premiers) ;

3) Vichy envisage également d'expulser les Juifs étrangers du territoire métropolitain, le cas échéant en Algérie, en attendant de procéder au traitement adéquat des Juifs français (Vichy tient en effet compte de l'opinion publique, réputée, à tort ou à raison, plus hostile aux Juifs étrangers) ;

4) en 1942, les demandes allemandes de contribuer à la déportation des Juifs de France offrent à Vichy l'opportunité de se débarrasser des Juifs étrangers, et même de monnayer aux Allemands leur expulsion dans le cadre de négociations d'ordre plus global ;

5) les Allemands n'envisagent alors que de déporter les Juifs adultes ;

6) Vichy, qui n'a pas protesté contre les précédentes déportations de Juifs français par les Allemands, refuse initialement de participer aux rafles de Juifs en zone occupée, et envisage de limiter ses prestations policières à la zone "libre", avant de céder sur ce point et d'envisager une collaboration à l'échelle des deux zones ;

7) en échange, Vichy obtient des nazis que seront prioritairement déportés, à partir des deux zones, les Juifs étrangers ;

8) la déportation des seuls Juifs étrangers, cependant, ne suffit pas à remplir les quotas exigés par l'occupant, et Vichy décide d'y ajouter les enfants des Juifs arrêtés et déportés ;

9) pour meubler les quotas des phases suivantes de la déportation, Vichy prévoit également de revenir sur la naturalisation des Juifs français, à partir de 1933 d'abord, puis à partir de 1932, et enfin à compter de 1927 ;

10) les rafles s'effectuent donc en juillet 1942, grâce à la police française, et les Juifs des deux zones sont, dans l'attente de leur déportation, parqués dans des camps d'internement inhumains ;

11) l'opinion publique française, de même que les Eglises, sont scandalisées par ces rafles, et le font immédiatement savoir au cours de l'été ;

12) de sorte que dès le mois de septembre 1942, Vichy, qui ne s'attendait pas à pareille protestation, est contraint, non pas de faire machine arrière (les Juifs arrêtés seront déportés), mais de remettre en cause sa politique d'organisation des rafles, et notamment de temporiser sur les processus de dénaturalisation des Juifs français, malgré les pressions en ce sens du Commissariat général aux Questions juives ;

13) cette prudence de Vichy, largement tributaire de l'opinion publique, l'était aussi du contexte diplomatique, car le gouvernement Laval sera bien près de céder aux pressions des Allemands et du C.G.Q.J. pour procéder aux dénaturalisations : la loi portant sur la dénaturalisation des Juifs français bénéficiant de la nationalité française depuis 1927 sera signée en juin 1943, mais sa promulgation sera enterrée en juillet 1943, après la confirmation de la défaite allemande de Koursk et la chute de Mussolini.




> Que "de toutes les grandes communautés juives de l'Europe
> occupée, la française ait été la mieux préservée" est si
> vrai que quelqu'un d'important l'a dit.
> Savez-vous qui ?
> Je vous le donne en mille : Klarsfeld.
> Oui, monsieur !

Klarsfeld ne précise pas que cette préservation est l'oeuvre de Vichy. Au contraire, écrit-il, "Vichy a contribué efficacement à la perte d'un quart des juifs de France" (Vichy-Auschwitz. La Solution finale de la Question juive en France, Fayard, 2001 p. 368), et "les Français ont puissamment aidé au salut de trois quarts des juifs de France" (op. cit., p. 369).

J'ai déjà produit cette citation dans un message que vous avez lu, puisque vous y avez répondu. J'en déduis que vous saviez que votre propre citation (non référencée) de Serge Klarsfeld ne revêtait nullement la signification que vous lui accordiez. Ce qui ne vous a pas empêché de la produire.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes