Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ligne de Front - Y. Kadari, V. Bernard (et alii)
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Hô Chi Minh - HCM - Indochine

Indochine
-

Nom donné à l'ensemble colonial français à la péninsule qui comprenait les trois ky (provinces) viêtnamiens: la Cochinchine (au sud), l'Annam (au centre) et le Tonkin (au nord) ainsi que le Cambodge et le Laos.

-

Le terme "Indochine" apparaît pour la premiere fois vers 1813 et regroupe le Tonkin, l'Annam, la Cochinchine, le Laos, le Cambodge.
Le terme s'écrit de trois façons: Indo Chine, Indo-chine ou Indochine. Le terme n'existe plus après le départ des Francais.


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Ligne de Front n° 17 de Francis Deleu le jeudi 21 mai 2009 à 21h16

Skorzeny, "L’homme le plus dangereux d’Europe" ?

Qualifié d’espion, de saboteur, d’assassin et d’homme le plus dangereux d’Europe par les services militaires américains dans les derniers mois de la guerre, Skorzeny avait été cet officier SS célébré dans toute l’Allemagne comme l’audacieux libérateur de Mussolini en septembre 1943. Après la capitulation du III. Reich et trois ans de péripéties judiciaires qui se concluent par son évasion en juillet 1948, Skorzeny va habilement distiller ses souvenirs militaires depuis son exil espagnol, tandis que des journalistes et des historiens font de lui le cerveau d’une hypothétique « franc-maçonnerie des survivants nazis » et l’instigateur de mouvements terroristes... Mais aujourd’hui, près de trente-cinq ans après la mort de Skorzeny, ne serait-il pas enfin temps d’avoir une approche plus sereine et historique de cet acteur fascinant mais secondaire (ne serait-ce que par son grade) de la Seconde Guerre mondiale ?
par P. Rouveirol.
14 juillet 1919 : Défilé de la Victoire - Le triomphe de l’Armée française
Le 28 juin 1919, la Paix est enfin signée à Versailles. Depuis l’Armistice de Rethondes du 11 novembre 1918, les opérations sont suspendues mais la guerre peut reprendre, les hommes restant mobilisés. Les négociations sont ardues et lentes, il faut même prolonger la trêve le 16 janvier 1919 à Trèves ! Mais ça y est, le conflit est fini, les troupes ne sont plus utiles, les soldats vont pouvoir rentrer chez eux et les Alliés savourer une victoire si chèrement acquise. Pour célébrer ce moment de gloire, les membres de l’Entente vont profiter du traditionnel défilé du 14 juillet pour commémorer le triomphe de leurs armées. Cette parade militaire va être un immense événement, un des plus imposants triomphes guerriers depuis ceux de Rome !
par R. Schneider.
Un "Diable vert" en Normandie
Si les témoignages de guerre de vétérans allemands constituent une ressource documentaire abondante, celui de Johannes Börner est pourtant extrêmement précieux. Conscient de la chance qu’il avait eu de survivre malgré les combats dans l’enfer du bocage normand, M. Börner s’est livré après guerre à une analyse critique du sens de son engagement et de ses motivations. À l’image d’August von Kageneck, il a soumis sa conscience à cette question cruciale : comment suis-je parvenu à me battre pour l’Allemagne nazie et au besoin accepter, pleinement conscient, le sacrifice suprême pour Adolf Hitler ? L’histoire de Johannes Börner est celle-là même qui s’est inscrite dans le patrimoine moral d’une génération toute entière, otage d’une idéologie régnant sans partage sur un pays. De Leipzig à Saint-Lô, place au parcours d’un Flieger du Fallschirmjäger-Regiment 5, dont la portée dramatique et surtout sans alternative résume à lui seul douze années qui allaient conduire l’Allemagne au chaos.
par S. Delogu.
Airborne on Normandy, Le jour le plus long
Depuis sa naissance difficile et controversée dans le courant des années trente, le parachutisme militaire est associé à l’image des troupes d’élite. L’idée même de ces soldats très entraînés, se jetant dans le vide depuis un avion, avec pour seule planche de salut quelques mètres carrés de cordes et de toile, et devant de surcroît, avec un armement léger et sans espoir de repli, opérer à l’arrière des lignes adverses, invite incontestablement à l’admiration. Ceux du jour J tiennent une place particulière dans l’imaginaire collectif. Avant-garde des forces de libération de l’Europe, ils seront les premiers à toucher le sol de Normandie et, pour nombre d’entre eux, à y mourir...
par Vincent Bernard.
Juin 1940 : La Bataille de l’Aisne et de la Somme
Du 5 au 11 juin 1940, l’Armée française a livré bataille sur la Somme et l’Aisne contre une Armée allemande nettement plus nombreuse en divisions et en avions. La résistance française a été acharnée et les pertes allemandes considérables, comme en ont témoigné les principaux généraux de la Wehrmacht.
par Dominique Lormier.
1962-1967 : Viêt Nam, L’Amérique s’en va t-en guerre
L’État du Viêt Nam, longue bande de territoire en forme de « S » de 330 000 km² et regroupant les provinces du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine (appelées les trois « Ky ») est, suite aux accords de Genève de 1954 mettant fin à la guerre d’Indochine, scindé en deux entités de part et d’autre du 17e parallèle. Cette partition, présentée comme provisoire, rappelle celle de la Corée après la Seconde Guerre mondiale. Au Nord de cette ligne artificielle, domine la République Démocratique du Viêt Nam, État communiste dirigé par le Viêt-minh de Hô Chi Minh et du général Giap. Le Sud, où se regroupent ce qu’il reste des forces françaises ainsi que les Nationalistes vietnamiens opposés au régime d’Hô Chi Minh, répond, quant à lui, en théorie à l’autorité nominale de l’Empereur Bao Daï. Entre les deux, une zone dite « démilitarisée », garantie par une présence internationale, doit éviter toute friction entre Nord et Sud. Pour autant, cette partition est présentée par les promoteurs des accords de Genève comme un pis-aller très provisoire destiné à permettre à la France de se dégager de son ancienne colonie et de préparer un processus de réunification prévu par référendum populaire dans un délai de deux ans. 800 000 réfugiés, dont l’essentiel des chrétiens du Nord, passent à cette occasion au Sud ; 80 000 seulement effectuant le chemin inverse pour rallier le gouvernement d’Hanoi. Dans le même temps, environ 10 000 cadres du Viêt-minh demeureront clandestinement au Sud, dans la perspective d’une reprise de la lutte armée.
par Vincent Bernard.
Et pour feuilleter la magazine :

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes