Décryptage du forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un sicle de guerre terrestre : analyse, documents et tmoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ligne de Front - Y. Kadari, V. Bernard (et alii)
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Barbarossa - Allemagne nazie
-

Nom de code de l'attaque allemande lancée contre l'URSS le 22 juin 1941.

-

Le webslave après un repas de spaghetti ?


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Ligne de Front n° 16 de Francis Deleu le dimanche 15 mars 2009 à 20h33

Au sommaire :

Haltbefehl - Hitler stoppe ses chars devant Dunkerque

La question du Haltbefehl, l’ordre d’arrêt des Panzer émis par Hitler le 24 mai 1940 devant Dunkerque, est l’une des questions parmi les plus complexes de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Quand il n’y a pas divergences d’opinions entre les historiens, ces derniers « zappent » purement et simplement le problème, se contentant de présenter une ou deux causes possibles, avant de passer à la formule classique : « Toujours est-il que... », formule assez habile pour revenir sur le sujet, à savoir l’évacuation de Dunkerque. Cependant, le Haltbefehl est reconnu par tous comme l’une des plus importantes décisions prises par Adolf Hitler en matière militaire. Les conséquences du Haltbefehl sont en effet à la mesure du mystère qui entoure les motivations du Führer, puisque grâce à l’arrêt des Panzer, les Britanniques bénéficieront d’un répit de trois jours pour préparer l’évacuation. Cette pause inespérée sera utilisée à bon escient, les Alliés ayant eu le temps de renforcer leurs forces. Afin de comprendre, ou de tenter de comprendre, cette décision du Führer, un petit retour en arrière est indispensable afin de mettre en scène le contexte et avant de passer aux fameuses journées des 23 et 24 mai 1940, dates durant lesquelles le Reichskanzler va imposer ses vues à ses généraux quant à la poursuite de l’offensive sur Dunkerque. Les différentes hypothèses avancées pour tenter de comprendre le pourquoi de cet ordre seront examinées dans un second temps.
par Nicolas Bernard
Partisans soviétiques - Les francs-tireurs de Staline
Au déclenchement de l’invasion de l’URSS par les Allemands le 22 juin 1941 , la guerre des partisans n’est pas un mode de combat nouveau pour le pays dirigé par Staline. Pendant la guerre civile russe, de 1918 à 1921, Lénine avait encouragé chacun à lutter pour la révolution bolchevique, soit en rejoignant les rangs de l’Armée rouge naissante, soit en restant là où il se trouvait pour combattre sur les arrières des Blancs. Le terme de partisans utilisé dès cette époque ne désignait pas systématiquement les hommes pratiquant la guérilla mais plutôt l’ensemble des combattants d’un camp ou de l’autre. L’hymne des Tsaristes qui s’intitulait « Les Partisans blancs » fut d’ailleurs repris par les Rouges pour leur chant « Les Partisans ». L’autre conflit qui s’est le mieux prêté à la guerre de partisans fut la Guerre d’Espagne qui vit des formations républicaines numériquement réduites opérer derrière les lignes des Nationalistes.
par Pierre-Edouard Cote
DOSSIER : MERCENAIRES & « MALGRÉ-NOUS » DU REICH
Entre 1939 et 1945, près de 2 millions de non-allemands provenant de toute l’Europe et d’au-delà vont porter de façon volontaire ou contrainte l’uniforme allemand. Les volumes de recrutement varient selon les régions, les pays et le degré de mainmise allemande, entre l’anecdotique (telles les prétendues « St George’s Legion » et « Washington Brigade » ne regroupant pas plus de quelques individus) et le véritable mouvement massif (cas des volontaires des Pays-Bas et des Flandres, des Baltes, ou plus, des Osttruppen recrutées parmi les prisonniers des Républiques soviétiques). Que ce soit par conviction ou « pour la gamelle », pour échapper aux camps de prisonniers ou par engagement idéologique, que ce soit au service de la « Nouvelle Europe » ou simplement pour celui de leur propre cause nationale, on retrouvera ces étrangers de toutes origines, nationalités et religions au sein d’unités combattantes, logistiques ou de servitude, en première ligne et dans les opérations de « sécurité » anti-partisans à l’arrière du front. On les trouvera tout autant impliqués dans les innombrables crimes de guerre et crimes contre l’humanité imputables aux SS ou à la Wehrmacht en particulier à l’Est ou dans les Balkans. Environ 400 000 de ces non-Allemands seront tués ou portés disparus au cours de la guerre. Si Felix Steiner, ayant commandé la division SS germanique « Wiking », tentera de les défendre en déclarant notamment que « les volontaires de l’Est ont combattu principalement pour la liberté et l’indépendance de leurs pays », la réalité est infiniment plus complexe et souvent bien moins glorieuse. Il serait d’ailleurs totalement illusoire d’envisager dans le cadre de ce simple dossier de dresser un tableau complet et exhaustif de l’ensemble des formations étrangères ayant servi à un titre ou un autre sous l’uniforme allemand au cours de la Seconde Guerre mondiale, encore moins d’envisager sous tous les angles les motivations profondes de chaque cas individuel. Nous tenterons donc ici simplement d’en présenter un tableau général donnant une idée de l’étendue du phénomène de collaboration militaire européenne (voire extra-européenne), qu’elle soit contrainte, opportuniste ou strictement volontaire, tout en mettant en exergue les formations les moins connues. Cette participation active à l’effort de guerre du Reich, pour avoir été parfois plus restreinte que ne l’aurait souhaité la propagande allemande, n’en a pas moins constitué un véritable phénomène massif prenant singulièrement toute son ampleur dans les derniers mois de la guerre, alors même que le sort du « Grand Reich » se trouvait déjà militairement scellé.
par Vincent Bernard
Les chars soviétiques, 1939-1945 - De l’innovation au pragmatisme
Les chars produits par les Soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale jouissent généralement d’une mauvaise réputation : archaïques, rustiques, mal finis, peu performants, dénués de tous moyens de communication… les engins russes sont notoirement considérés comme inférieurs à leurs adversaires. Les contre-performances des divisions blindées durant la guerre russo-finlandaise et leur débâcle durant l’opération « Barbarossa » sont pour beaucoup dans cette représentation négative. La propagande allemande, et anglo-saxonne…, se charge de donner le coup de grâce aux véhicules chenillés produits par les arsenaux bolcheviques. Pourtant, loin de ces poncifs, l’industrie soviétique produit durant l’entre-deux guerres une floraison d’engins allant des blindés légers aux chars lourds. Si certains sont d’un point de vue doctrinal totalement dépassés en 1941, les autres nations sont néanmoins logées à la même enseigne…, d’autres sont à la pointe de la technologie et constituent le fer de lance des unités mécanisées soviétiques qui viendront à bout de la Panzerwaffe dans les steppes russes.
par Laurent Tirone
1982, la guerre des Malouines - Une démonstration de force Made in London
La crise des Malouines de 1982 représente peut-être le dernier conflit basé sur la projection de forces livré par une puissance moyenne réduite à ses seuls moyens. À la fois guerre « extérieure » et « coloniale », cet affrontement de deux patriotismes exacerbés, par ailleurs brillante démonstration militaire britannique à plus de 12 000 Km de sa métropole, fit près d’un millier de morts. Le 15 juin 1982, au terme d’un conflit de quelques semaines, la Grande-Bretagne réoccupait par la force Port-Stanley, l’agglomération principale de cet archipel perdu de l’Atlantique Sud, au large des côtes argentines. Les îles Malouines, « Islas Malvinas » pour les Argentins, « Falkland Islands » pour les Anglais, ne semblaient pas devoir nécessiter une telle débauche de moyens, d’énergie, et la perte de tant de vies humaines. Position stratégique d’intérêt limité loin des grandes lignes de force de la Guerre froide, économiquement et démographiquement insignifiante, cette terre australe dont l’autonomie sous souveraineté argentine était jusqu’en 1982 presque négociée ne présentait pourtant pour les deux pays aucun intérêt vital.
par Vincent Bernard

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.12 s  3 requêtes