Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Annuaire de la 1e DFL - Collectif
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Vercors - Ecrivain
-

Pseudonyme de Jean Bruller (voir sous Bruller).

Dans ce texte :

OBENHEIM, pour ma part... de georges carpentier le vendredi 12 décembre 2008 à 11h50

Après être remontés de la région de Bordeaux, dont nous sommes partis le lendemain matin du réveillon de noel 1944, le BM24 s'est retrouvé en dessous de Colmar pour le nouvel an et finalement devant Obenheim. Le Bataillon a pris position dans ce village et certains services dont le Bureau de l'OD (officier des détails)s'est retrouvé cantonné à la dernière maison sur la droite en sortant de Sand, en direction de Obenheim, juste devant la plaine. Je l'ai déjà dit, de l'unité combattante où j'avais été incorporé en arrivant au BM24 en arrivant du Vercors, j'avais immédiatement été mûté au bureau des effectifs de l'OD, car ce service cherchait un dactylo et ceci pour quelques jours, m'avait-on dit. Mon Cdt. de compagnie, qui me conaissait depuis le maquis, avait tout simplement voulu me protéger, vu que je n'avais pas encore seize ans à l'époque. Ce fut un peu raté,car le service des effectifs devait se rendre tous les jours sur place pour avoir les mouvements des troupes du bataillon. C'est ainsi, par exemple, que je me suis trouvé sur place au moment où le Gal. BROSSET s'est noyé dans le Rahain. Donc, à Obenheim, je n'y était pas réellement et je n'y ai pas combattu les armes à la main comme nos camarades. J'ai simplement eut la chance de sortir de cet endroit juste avant que les allemands ne le bouclent et de me retrouver dans Sand où l'ordre d'évacuer a été donner avec l'arrivée des obus allemands dans le village. Ce fut un départ très précipité, où nous devions seulement traverser la grande route pour nous mettre à l'abri des obus. Nous sommes dont montés sur les GMC sans vêtements particuliers... pour nous retrouver à Rothau le lendemain matin transformés en glaçons. C'est là que nous avons appris la disparition de notre batailon et avons été contitués en "service liquidateur du BM24". Ce service a été chargé d'aller reconnaitre les morts à Obenheim, mais toujours à cause de mon âge, je n'ai pas été autorisé à m'y rendre, bien que connaissant tous les membres de mon ancienne compagnie ...et peut-être à cause de celà. Tout ça raconté en deux mots pour qelques jours de grande tristesse, mais dont peu de responsables ont parlé tant pour renforcer ce bataillon, que pour l'aider et même pour le pleurer. Car dans la tourmente du moment, cet évènement est presque passé inaperçu. Bien amicalement à vous. Georges carpentier.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes