Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le réseau carte  - Thomas Rabino
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Crémieux (décret)
-

Le décret Crémieux, du 24 octobre 1870, accorde la citoyenneté française aux Israélites, résidents en Algérie.
Le décret sera aboli, sous Vichy, par la loi du 7 octobre 1940 portant abrogation du décret du Gouvernement de la défense nationale du 24 octobre 1870 et fixant le statut des juifs indigènes des départements de l'Algérie.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Gaulliste - France libre
-

Appellation péjorative des Français Libres
Jamais les Français Libres ne se dénommaient ainsi en parlant d'eux. Cette expression est une "invention de la propagande Allemande" écrit le général de Gaulle "qui tend à nous confondre avec ces anciens partis politiques qui portaient le nom de leurs chefs, "doriotistes ou "paul-fauristes" d'avant guerre." (dans "La 1ère DFL" du général Yves Gras)
JGh


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Tête de mule de Jacques Baynac le dimanche 13 avril 2008 à 19h00

Concernant Crémieux-Brilhac et sa version des propos que Moulin aurait tenus au col. Sutton, le 4 novembre 41, je ne reproche nullement et nulle part à cet auteur d'avoir "interprété autrement" que moi ce document. Je dis, p. 261, qu'il a fabriqué une citation en collant et en inversant des bouts de phrases qui se trouvent à plusieurs pages de distance dans le document, et qu'il a ainsi fait dire à Moulin le CONTRAIRE de ce que Sutton écrit que Moulin lui a dit. On en pense ce que l'on croit devoir en penser.

Je constate par ailleurs que vous adhérez pleinement à la légende gaulliste, et c'est votre droit. Je ne traite personne de malhonnête parce qu'il ne partage pas mon point de vue. Mais quand on me dit que le blanc est noir et que j'ai la preuve du contraire, il ne faut pas compter sur moi pour approuver. On peut même tout à fait compter que je dirai, quoi qu'il m'en coûte : Le roi est nu.

Je m'efforce, pour ma part, de faire de l'histoire SCIENTIFIQUE ; je ne m'étonne donc pas, jamais, que les faiseurs d'histoire légendaire me calomnient et déforment, quand ils ne l'inventent pas carrément, ce que j'aurais écrit, ou dit, ou fait. L'histoire scientifique est un sport de combat, pas une bluette pour jouvencelle. C'est ainsi, hélas.

Aussi bien, soyez tout à fait tranquille quant à ma sérénité. Elle est intacte, constante et pas près de m'abandonner. Ne confondez pas combat intraitable pour la vérité historique et résistance de tous les instants à la falsification historique avec perte de contrôle et blessures d'amour propre. Et c'est notamment pour cette raison que je ne change pas une virgule sur le rapport de force installé d'emblée par Moulin avec de Gaulle en n'allant pas le voir à Carlton Gardens. A l'encontre de la théorie du "coup de foudre" qui, selon D. Cordier, aurait eu lieu entre les deux hommes, je persiste et signe: ce fut un bras de fer, et qui ne s'acheva qu'avec la disparition de Moulin. Si vous voulez comprendre comment et pourquoi, je ne puis rien vous conseiller d'autre que de lire attentivement - enfin- mon Présumé Jean Moulin. Il y a tous les détails. Seulement, c'est vrai, ça décoiffe.

Navré

Jacques Baynac

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  3 requêtes