Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le réseau carte  - Thomas Rabino
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abwehr - Allemagne nazie
-

Service de renseignement et de contre-espionnage allemand sous la direction de l'amiral Canaris.
De son nom complet : Amtsgruppe Auslandnachrichten und Abwehr.
En abrégé: A.Ausl./Abw.


Archives nationales - AN - France

Buckmaster (Réseaux) - Résistance (France)
-

Section française du SOE (Special Operations Executive). Les réseaux portent le nom de leur responsable le colonel Buckmaster.


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Relève - Vichy
-

Belle formule imaginée par Laval, en juin 1942, pour désigner le Service du travail obligatoire (STO). Cette "relève" consistait au retour d'un prisonnier de guerre contre l'envoi en Allemagne de trois travailleurs.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Sud - ZS - France
-

Désigne la Zone Libre (ZL) ou Zone Non Occupée (ZNO) avant l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes, en 1942, du Sud de la France.


AFN - Afrique Française du Nord
-

Territoire de l'Empire français.


SOE - Special Operations Executive - Grande-Bretagne
-

Service secret britannique chargé de l'action en Europe. Les "Réseaux Buckmaster" sont la branche française du SOE.

Dans ce texte :

Voici donc... de Thomas Rabino le mercredi 09 avril 2008 à 19h15

Il semble que vous vous mépreniez quant à l'épisode du Connaught : le problème ne réside pas dans le rendez-vous lui-même, mais au niveau de la symbolique que vous lui attribuez.

Je réitère mes propos sur votre lecture téléologique de Carte. Puisque, d’après vous, « la suite des événements », soit le délabrement du réseau, conforterait la thèse de « l’intox », tout ce qui précède serait forcément à interpréter en fonction de celle-ci. Et vous ne vous en privez pas. Je me contenterai de vous citer (Présumé Jean Moulin, p. 12), en remarquant que vos vues de l’affaire Carte reproduisent l’erreur que vous attribuez aux différents travaux consacrés à Moulin. Remplacer donc « Moulin » par Carte, et tout sera plus clair :

« A envisager la trajectoire de Moulin [Carte?] du point de vue et en fonction de sa fin, tout ce qui l’avait précédée devait y avoir conduit. Et ce souci acharné de faire apparaître une causalité directe, poussa à surinterpréter certains épisodes, conduisit à en mésestimer d’autres, voire à gommer des événements qui gênaient la démonstration préconçue » Car c’est précisément ce que vous faites ici.

Doit-on vous rappeler que les premières livraisons d’armes faites à Carte ne le sont qu’à titre expérimental ? Combien d’autres groupements résistants, bien moins « modestes » que Carte, ont-ils reçu 70 postes émetteurs ? Tout cela, vous le balayez d'un revers de main, à l'instar de écrits de Buckmaster relatifs à l'affaire Carte.

Si l’on vous suit, une vieille amitié liant Bodington et Bömelburg aurait préservé le numéro 2 de la section F de toutes les investigations… L’ensemble des forces répressives allemandes et françaises se seraient donc coordonnées pour épargner l’officier anglais de toute investigation. Où sont les documents attestant d'un tel scénario ? De surcroît, une "connaissance extensive et profonde des réalités de la clandestinité" et la prise en compte des rivalités existant entre les différents services allemands (Abwehr, Gestapo...), ajoutées à l'intérêt qu'y suscite le SOE, et d'aucun comprendront le sens réel de la mission Bodington.

Le problème central repose sur votre traitement très particulier des archives, un traitement qui, d'ailleurs, vous vaut fréquemment et précisément les reproches que vous formulez à mon encontre. Vous semblez à tout prix vouloir faire dire aux archives ce qu’elle ne disent pas et passez sous silence ce qu’elles peuvent révéler. L’exemple de la colère de Bodington était, hélas, un exemple parmi d’autres. Une petite remarque : le rapport en question date de 1942, et non 1943. Même chose au sujet de votre référence à un télégramme signé Vautrin (p. 482 de Présumé...) et mentionnant un certain "Castellane" : "On ignore s'il s'agit de Jehan de Castellane, le meilleur ami de Bénouville, mais cela paraît vraisemblable", écrivez-vous. Or, des investigations plus poussées sur Carte vous auraient appris que "Castellane" est un des pseudo utilisés par Girard, alors en liaison permanente avec le SOE et dans l'attente de nouvelles de Vautrin. De fait, le contenu du télégramme aurait du, en connaissant ce fait, vous alerter sur les considérations véritables du SOE à l'égard de Carte, bien éloignées d'une quelconque intox : Vautrin "souhaite que Londres coopère avec Castellane dans tous les domaines, excepté la haute stratégie (...)". Emmuré dans vos certitudes, vous attribuez un peu vite à Jehan de Castellane un rôle qui le dépasse de beaucoup. Lu correctement, le document révèle tout autre chose, notamment les idées premières du SOE à l'égard du réseau Carte...

Au final, l'épicentre même de votre thèse semble vacillant : Carte aurait servi à faire converger en zone sud les forces d'occupation allemandes. Le Reich a donc, si l'on vous suit, décidé de l'occupation totale du territoire non parce que les Alliés stationnés en AFN pouvaient, à court ou moyen terme, débarquer en Provence, et qu'il convenait de préparer une solide défense côtière, mais parce que l'existence d'une armée "Carte" les y aurait poussés. En dehors du non-sens que recèle cette idée, observons l'absence d'archives allemandes faisant état de l'épisode... si tel était le cas, vous auriez pu, au terme de votre énorme - et au demeurant très respectable - travail d'archive, exhumer quelque trace plus pertinente que de simples déductions. En ce qui concerne mon travail, celui-ci contient plus de 30 pages de notes venant sourcer mon propos : chaque référence archivistique est citée pour ce qu'elle dit, et non, comme cela semble être votre cas au sujet de Carte, pour ce qu'elle ne dit pas. Il est en tout cas regrettable que vous-même n'ayez pas jugé opportun d'utiliser les "très importants dossiers concernant directement Carte" des Archives nationales pour donner quelque poids historique à votre thèse.

Au sujet du texte de Frager, je réfute l'idée selon laquelle j'aurai arrangé à mon goût quelque passage que ce fut : le texte est issu des National Archives et vous pouvez, si ce n'est déjà fait, vous le procurer.

Je prends avec un amusement non feint le ton professoral de vos remarques, qui passent pour un décalque de celles formulées à votre encontre par d'autres, effectivement professeurs et spécialistes reconnus dans la communauté historienne. Ma jeunesse, toute relative d'ailleurs, n'étant pas un critère objectif de jugement.

Pour finir, je vous citerai une dernière fois (Présumé Jean Moulin, p. 23), la teneur du propos étant il me semble particulièrement adaptée à la présente discussion :

« Est-il encore permis de rappeler que vouloir figer un champ scientifique, quel qu’il soit, ne relève pas précisément de l’humilité mais trahit une croyance insensée en l’omniscience du spécialiste en même temps qu’elle participe d’une pensée antiscientifique – donc magique. »

Désolé pour la longueur de ce message, justifié par la teneur de vos attaques.

Cordialement.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes