Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Charles de Gaulle - Eric ROUSSEL
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


France Libre - France libre
-

Mouvement politique et militaire, créé en juin 1940 par le Général Charles de Gaulle. Déniant toute légitimité au Maréchal Pétain, elle s'opposera militairement à ses forces pour obtenir le ralliement partiel de "l'Empire". En 41 et 42 elle fut la seule force militaire française présente sur les champs de bataille aux cotés des Britanniques . Ensuite son autorité fut acceptée par les mouvements de résistance intérieurs puis, par les autres forces françaises présentes à l'extérieur du territoire. En 1944 la France Libre rétablira la république tout en participant à la victoire contre les nazis.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel

Dans ce texte :

Antisémitisme du général de Laurent Laloup le mercredi 30 janvier 2008 à 13h06

Bonjour,

A propos de l'antisémitisme de de Gaulle, un extrait du livre "Pierre Mendès France" de Eric Roussel (livres.lexpress.fr/ )

"Un Français libre chez de Gaulle

« Il faut arrêter immédiatement le flot d’Israélites qui arrive par Lisbonne pour s’engager ici. Téléphoner à Lisbonne que nous examinerons chaque cas et, en attendant, les refuser ici sauf mon autorisation personnelle. » Sans date précise, adressée au colonel Billotte, chef d’état-major de la France libre, en 1942, cette note ne figure évidemment pas dans les recueils officiels des écrits du général de Gaulle ; on a pu seulement la découvrir quand les archives du chef de la France libre furent ouvertes, à partir de janvier 2004. Pierre Mendès France n’a donc pas eu connaissance de ces quelques lignes manuscrites qui le concernaient directement et dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles sont étonnantes. En aurait-il été surpris ? Probablement pas. A de multiples reprises il défendit de Gaulle contre toute accusation d’antisémitisme. Il savait que, dans son milieu d’origine, un état d’esprit peu favorable aux Juifs était répandu mais, pour lui, ses actes depuis juin 1940, et même avant, attestaient sa volonté de surmonter de tels préjugés. En revanche, il était bien conscient du poids dans la France libre de certains éléments ultratraditionalistes et hostiles aux Juifs. « Que de Gaulle fût antisémite, je ne le crois absolument pas, mais il savait qu’il y avait à Londres des milieux antisémites avec lesquels il était peut-être obligé de compter », dira-t-il en 1977 au général Christienne. On peut raisonnablement en conclure que, pour choquante qu’elle puisse être, cette note n’aurait pas fait changer d’avis Pierre Mendès France. Pour lui, le Connétable restait celui qui, apprenant les commentaires ouvertement racistes dont était l’objet Georges Boris, rallié à la France libre dès juin 1940, avait eu cette réplique cinglante : « M. Georges Boris est peut-être juif, partisan de M. Léon Blum et bien d’autres choses encore ; mais je ne sais qu’une chose : c’est que c’est un Français qui s’est engagé pour combattre à cinquante-deux ans, qui a fait la campagne de Flandres et qui veut se joindre à nous pour continuer à lutter pour la France. Cela me suffit. Je ne connais pas de différences de race et d’opinion entre nous. »
C’est en tout cas dans cette disposition d’esprit que Pierre Mendès France met le pied sur le sol britannique quelques heures après avoir quitté Lisbonne. Il y est accueilli avec chaleur et tous les égards dus à un ancien ministre d’une compétence unanimement reconnue. Pour la France libre, encore pauvre en techniciens des affaires publiques, la recrue est de premier ordre. Pour de Gaulle, toujours périodiquement soupçonné voire accusé de tendances dictatoriales par les Anglo-Saxons et certains représentants de la IIIe République réfugiés en Angleterre, le ralliement d’un ex-secrétaire d’État de Léon Blum, espoir du radicalisme, n’est pas moins capital. L’homme surtout impressionne par sa volonté de combattre en première ligne alors qu’il pourrait rejoindre un bureau.
"


Cordialement
laurent

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes