Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Chronique de la Résistance - Alain Guérin
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Brossolette (Pierre) - Résistance (France)
-

Compagnon de la Libération - Biographie


Cavaillès (Jean) - Résistance (France)
-

Philosophe et mathématicien. Membre du Comité Directeur de "Libération-Nord", Jean Cavaillès constitue rapidement un réseau de renseignements en Zone Nord: le réseau "Cohors" qui se développe dans le Nord de la France et en Belgique. Arrêté le 28 août 43 à Paris, il est fusillé le 17 février 44 à Arras.
Compagnon de la Libération - Biographie


Frenay (Henri) - Résistance (France)
-

Fondateur de "Combat" premier mouvement de Résistance en Zone Sud.
Compagnon de la Libération - Biographie


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération

Dans ce texte :

Courage et honnêteté chez les intellectuels... de René CLAUDE le jeudi 10 janvier 2008 à 22h59

Je lis dans certains livres de Mémoires (chez Simone de Beauvoir, entre autres) et dans les récits d'intellectuels français sous l'occupation une espèce de tentative de justification : "Je n'ai pas su que faire contre le nazisme et Vichy" ou "J'avais pas les contacts" qu'on peut comprendre comme "En tant qu'intellectuel(le), je n'étais pas préparé(e) à entreprendre quelque chose pour résister à la double dictature et puis, ça n'était pas mon rôle." C'est pratique comme défense, mais ça ne tient pas longtemps.
Je trouve cette "justification" oiseuse. N'était-il pas plus honnête de dire/d'écrire : "Oui, je n'ai pas osé entreprendre quelque chose" ou "je n'ai pas eu le courage de faire quelque chose contre le nazisme et l'Etat de Pétain". Personnellement, je trouve cet aveu beaucoup plus honnête et plus respectable.
Et puis, Frenay, Cordier, Manuel, Brossolette, Moulin, Cavaillès, Char, Albrecht, parmi des centaines d'autres, étaient bien des intellectuels, des poètes, des théoriciens. Ils et elles ont su trouver les contacts, fédérer les énergies aussi pour conjurer leur peur, non ?
Cordialement.

RC

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.03 s  3 requêtes